Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Aménagement hydro-agro-sylvo-pastoral du sous bassin versant d’Oued-Touil-Aval Ksar-Chellala dans le contexte de la lutte contre la desertification

Université Mustapha Stambouli Mascara (2017)

Aménagement hydro-agro-sylvo-pastoral du sous bassin versant d’Oued-Touil-Aval Ksar-Chellala dans le contexte de la lutte contre la desertification

LAOUISSET Mhamed Bensalah

Titre : Aménagement hydro-agro-sylvo-pastoral du sous bassin versant d’Oued-Touil-Aval Ksar-Chellala dans le contexte de la lutte contre la desertification

Auteur : LAOUISSET Mhamed Bensalah

Université de soutenance : Université Mustapha Stambouli Mascara

Grade : Doctorat : Géomorphologie et protection de l’environnement 2017

Résumé
Ce travail se propose pour objectif principal l’esquisse d’un schéma d’aménagement hydro-agro-sylvo-pastoral de la région du sous bassin versant d’Oued-Touil-Aval, cette région qui fait partie des steppes algériennes. Ce schéma d’aménagement a été projeté dans le contexte de la lutte contre la désertification. Il est basé essentiellement sur l’élaboration de la carte d’aménagement hydro-agro-sylvo-pastoral, alors que cette dernière carte d’aménagement est basée principalement sur l’élaboration de la carte de synthèse de sensibilité à la désertification, cette carte synthèse elle-même est le résultat de croisement de 8 cartes : Carte lithologique ; Carte d’occupation du sol ; Carte des isohyètes ; Carte des étages bioclimatiques ; Carte de l’humidité moyenne annuelle disponible du sol ; Carte des zones aménagées ; Carte des classes des pentes ; Carte des expositions. Ces couches thématiques, qui sont issues de plusieurs sources, sont transformées en format numérique ce qui nous a conduit à la constitution d’une base de données géomatique détaillée de cette région et qui va servir comme outils d’aide à la décision aux différents service et/ou organisme chargé de la gestion de cette espace steppique. Le modèle qui nous a permis de croiser ces couches thématiques est le modelBuilder sous environnement ArcGIS. Donc, il s’agit d’un travail original entamé dans cette région, il est axé sur l’évaluation spatiale et quantitative de la sensibilité à la désertification de la région d’étude. L’élaboration de cette carte est basée sur l’approche MEDALUS. Cette approche est concrétisée par l’élaboration d’un modèle régional de calcul géo-spatiale des niveaux de sensibilité à la désertification et qui a été développé en utilisant les outils SIG et télédétection. Il est donc impérativement primordial d’évaluer spatialement les effets de la désertification pour faire face à ce phénomène et pouvoir proposer les meilleures stratégies de lutte, de conservation et d’aménagement de cette espace. Ainsi l’élaboration de la carte de sensibilité à la désertification nous a menés à constater quatre aspects bien distincts : les zones peu sensibles ; les zones potentiellement sensibles ; les zones fragiles ; les zones critiques, en conséquence pour chaque zone les interventions de gestion peuvent être précisément ciblées. Néanmoins, les zones critiques nécessitent une attention particulière à cause de l’état de dégradation avancé du sol, donc pour protéger ces zones des dégâts causés par la désertification, il faut intervenir d’une façon urgente. En outre l’étude diachroniques des changements dynamiques d’occupation et d’utilisation du sol de ce sous bassin versant et à titre indicatif pour les deux années d’étude (2007 et 2014) et si on prend uniquement les statistiques des parcours en particulier les parcours dégradés et défrichés surtout par les labours illicites, on a constaté, dans l’espace de sept (7) ans, on est passé de 27% à 52% des parcours steppiques de cette région qui sont dégradés (désertifiés), l’équivalent de 89037 ha et qui représente 50% de la superficie totale du sous bassin. Pour compléter l’analyse du schéma d’aménagement, il absolument nécessaire d’utiliser les cartes suivantes : Carte du réseau hydrographique ; Carte des ressources en eau souterraine ; Carte des villes et des routes. Les objectifs spécifiques qui découlent de cette thèse est l’élaboration d’une carte pédologique ; l’étude de la disponibilité des énergies renouvelables ; la détermination des besoins en eau d’irrigation des cultures fourragères répondus dans cette région. Alors la réalisation d’une carte pédologique a contribué aussi à l’achèvement du schéma d’aménagement. Cependant, la connaissance des sols est indispensable à la gestion des territoires, tant au niveau d’une parcelle agricole qu’au niveau paysagique. Donc, cette carte pédologique a été réalisée par le biais de l’utilisation des techniques de la télédétection (classification non-supervisée) et SIG, on se basant sur l’étude faite par le pédologue Pouget en 1973 dans les limites nord-ouest de notre région d’étude en plus d’une image satellite LANDSAT5-TM choisie et qui correspondant au 11septembre 2011, cette image nous a permet de mieux apprécier les différents types de sols. Vu l’immense territoire des régions steppiques (environ 30 millions d’hectares), l’exploitation des énergies renouvelables par le biais des systèmes de conversion est plus intéressante dans le cas où on se refuse d’installer un groupe électrogène ou une motopompe, pour mobiliser l’eau à des fins de production agricole, on peut confirmer que la région de Oued-Touil/Ksar-Chellala renferme un potentiel éolien et solaire très encourageant pour son exploitation. Les résultats obtenus confirment bien l’importance et la disponibilité de ce potentiel énergétique. La production des cultures agricoles par irrigation au niveau des sols des Hauts Plateaux n’est possible qu’à condition de respecter la réalisation d’un complexe des opérations de bonification. Alors que la superficie des classes des sols aptes à l’irrigation est estimée à 26933,2 ha soit 15% de la superficie total du sous bassin. L’exploitation rationnelle de cette superficie peut minimiser la charge sur les parcours steppiques. En conséquence, les besoins en eau d’irrigation totale, il faut noter que le système d’irrigation préconisé est l’aspersion, des cultures fourragères (sélectionnées) cultivées sur des sols bruns calcaire, ces sols qui sont très répondus dans les régions steppiques, sont pour :  L’orge : varient de 3497.6 à 3951.8 m3/ha ;  La luzerne (première coupe) : varient de 9318.5 à 10528.7 m3/ha ;  La vesce-avoine :varient de 3980.7 à 5126.3 m3/ha.

Mots Clés  : Steppe, Aménagement, Désertification, Medalus, Télédétection, Bas de données,Irrigation : Sig

Catalogue Collectif Algérie

Présentation

Page publiée le 25 avril 2019, mise à jour le 27 octobre 2019