Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2016 → Contribution a l’étude des paramètres de reproduction des bovins laitiers en Algérie

Université Saad Dahlab de Blida (2016)

Contribution a l’étude des paramètres de reproduction des bovins laitiers en Algérie

Yahimi, Abdelkrim

Titre : Contribution a l’étude des paramètres de reproduction des bovins laitiers en Algérie

Auteur : Yahimi, Abdelkrim

Université de soutenance : Université Saad Dahlab de Blida

Grade : Doctorat : Science vétérinaire : 2016

Résumé
L’analyse des performances de reproduction des vaches laitieres Algeriennes a fait l.objet d.une double etude ; la premiere concerne les pratiques de la detection des chaleurs et la seconde a pour but de decrire les caracteristiques des parametres de reproduction, le statut alimentaire, le confort des animaux et enfin les scores de l’examen gynecologique. Pour la premiere partie, une enquete a ete realisee dans 222 exploitations bovines, reparties sur cinq wilayas du centre (Tizi Ouzou, Blida, Medea, Tipaza et Bouira). Les resultats ont montre que, la majorite des eleveurs (57%) sont confrontes a un probleme de detection des chaleurs. Dans 49 % des cas seulement, ils inseminent pour la premiere fois leurs vaches 50 a 90 jours apres le velage. Un eleveur sur deux (53 %) detecte les chaleurs deux fois par jour et 40 % les observent trois fois par jour, cette activite etant effectuee de maniere aleatoire. Ils basent prioritairement leur constat d.oestrus sur la presence d.un ecoulement vulvaire (19%) ou sur l’acceptation du chevauchement (16 %). La taille de troupeau ou la specialisation (type de production), sont sans influence sur la frequence des signes consideres. Les vaches non detectees en chaleurs au cours des 60 jours suivant le velage font l.objet d.un examen clinique par un veterinaire dans 76 % des elevages. Les moyens complementaires de detection tels que, le calendrier rotatif, ou le crayon marqueur ne sont utilises que par 34 % des elevages. Les facteurs responsables de la manifestation des chaleurs, les moments d’observation, l’examen des anoestrus post partum et l’utilisation des moyens complementaires sont influences par la specialisation et la taille de troupeau. Par contre, dans la seconde partie, un screening a ete realise sur un effectif de 637 animaux de differentes races et numero de lactation issus de 20 elevages. Les animaux ont fait l.objet d.une double description en premier les parametres de reproduction et en second certains scores (SC, SRR, SMF, SM et SP, examen des ecoulements, coaptation vulvaire et enfin, l.appreciation des diametres cornes et col). L.analyse descriptive nous a montre que, la majorite des parametres calcules presentent des valeurs plus ou moins eloignes des objectifs : NV1= 29.4 ¡¾ 0.4 mois ; PA = 100.1 ¡¾ 4 j ; VIF = 138 ¡¾ 7 j vs ; IVV = 448.4 ¡¾ 4 j. Aucune difference significative n.a ete enregistree entre les differents parametres en fonction de la parite et la race. Pour 3 les scores classiques (SC, SRR, SMF et SP), des valeurs moyennes variees entre 0.8 et 3.2 ont ete constates. Les resultats du score de la mamelle ont montre que, la majorite des animaux (96,2% ; 55,7 % ; 47,6 %), quelques soit leurs numero de lactation ont une mamelle au dessus-du jarret. Un taux de 22.2 % des primipares présentent un écoulement mucopurulent contre 9 % chez les multipares. L’évaluation des diametres des cornes et col, l’examen vaginal et la coaptation vulvaire a montre que : un taux de 27.8 % des multipares presentent un diametre des cornes entre 5 et 10 cm contre 20.7 % pour les primipares. Toujours dans le meme intervalle de temps, contrairement aux resultats du diametre des cornes, les primipares presentent un taux eleve (22.2 %) pour un diametre du col supérieur a 10 cm vs 10.3 % chez les multipares. Ce explique un retard d’involution uterine tres marque chez les primipares. Donc ce cas, l.involution uterine varie avec chaque vache et sa perception avec chaque utilisateur. L.examen de la vulve nous a permet de constater, un taux tres faibles des animaux qui ont une mauvaise coaptation, quelque soit le numero de lactation (genisses 0 %, primipares, 4 % et multipares 7 %). Malgre la faible frequence de cette pathologie, mais comme meme reste un facteur qui peut affecter les performances de reproduction. Les resultats de cette partie ont montre, des valeurs moyennes en dessous des objectifs. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette degradation parmi-eux : une alimentation insuffisante ou de mauvaise qualite, le manque de suivi de reproduction, notamment apres le part.

Catalogue Collectif Algérie

Page publiée le 4 octobre 2018