Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2016 → Essai de comportement de génotypes améliorés de Pisum sativum vis-à-vis de Fusarium oxysporum f.sp pisi.

Université Saad Dahlab de Blida (2016)

Essai de comportement de génotypes améliorés de Pisum sativum vis-à-vis de Fusarium oxysporum f.sp pisi.

BACHIR Adel

Titre : Essai de comportement de génotypes améliorés de Pisum sativum vis-à-vis de Fusarium oxysporum f.sp pisi.

Auteur : BACHIR Adel

Université de soutenance : Université Saad Dahlab de Blida

Grade : Magister : Phytopathologie 2016

Résumé
Notre travail a porté sur trois principales expérimentations menée dans des conditions non-contrôlées (au champ) au niveau de la station (ITGC) de Sétif : (1) la première concerne l’étude du comportement de 28 génotypes de pois. (2) La deuxième vise à tester l’interaction des ces génotypes avec la souche Arg3 de Fusarium oxysporum f.sp pisi (Fop) dans des conditions d’infections naturelle et artificielle. (3) La troisième porte sur l’évaluation de l’efficacité d’une formulation bactériologique à base de Pseudomonas fluorescens BB10, en qualité d’agent de biocontrôle contre Fop. Le comportement des génotypes vis-à-vis da la maladie, a été évaluée à travers les paramètres phytopathologiques : taux d’infection et sévérité (VIS). Il a été constaté que les plus infectés, lors des deux essais sont : JI1760, JI1559, P21, P633, P634 et P638, alors que les trois génotypes sauvages du pois P651, P656 et P665 semblent les moins sensibles à la fusariose vasculaire du pois. Le taux de sévérité a permis de déterminé les génotypes sensibles P638 et P21 qui ont enregistré des valeurs maximales de VIS, et de même les génotypes résistants P651, P656, P665 et JI 1412. Le troisième essai de biocontrôle a montré que la bactérie BB10 a réduit relativement les niveaux d’infection lorsque l’inoculum fongique est présent uniquement naturellement, sans augmentation de sa concentration par inoculation artificielle. Les effets de biocontrôle ayant permis d’enregistré des activités antagonistes entre la formulation bactérienne (BB10) et la photogène fongique (Fop), permettant d’inhiber la maladie et de réduire les attaques, ont été constatés surtout en une interaction avec les trois génotypes P21, P629 et JI1210. La combinaison des potentialités génotypiques du matériel végétal additionné à l’usage des techniques de biocontrôle biologique peuvent apporter des alternatives dans les pratiques agronomiques de protection des cultures, répondant aux orientations de lutte raisonnée et/ou de pratiques agronomiques biologiques.

Catalogue Collectif Algérie

Page publiée le 4 octobre 2018