Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Contribution à l’étude écologique de deux hydrosystèmes temporaires saumâtres du Maroc : Zima et Sedd-El-Messjoun (Bassin de la Bahira)

Université Cadi Ayyad, Marrakech (1985)

Contribution à l’étude écologique de deux hydrosystèmes temporaires saumâtres du Maroc : Zima et Sedd-El-Messjoun (Bassin de la Bahira)

Saadi, Aicha

Titre : Contribution à l’étude écologique de deux hydrosystèmes temporaires saumâtres du Maroc : Zima et Sedd-El-Messjoun (Bassin de la Bahira)

Auteur : Saadi, Aicha

Université de soutenance : Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences - Semlalia, Marrakech

Grade : Doctorat 1985

Résumé
ZIMA et Sedd-El-Messjoun, milieux temporaires saumâtres du bassin de la Bahira (Région de Marrakech), par leurs caractéristiques hydrologiques, chimiques et biologiques constituent des milieux très originaux. Un suivi des composantes physiques et chimiques mené sur 2 ans dans 19 stations des deux hydrosystèmes, montre que les eaux de Sedd-El-Messjoun se placent dans une zone de transition entre les "eaux douces" et les "eaux salées", alors que les saumures de ZIMA font partie des "eaux salées" et hypersalées. Ces salinités différentes expliquent le peuplement particulier de chacun des deux sites. Une analyse factorielle des correspondances portant conjointement sur 58 données biotiques d’une part, et sur les moyennes annuelles stationnelles de 23 variables abiotiques d’autre part, individualise un secteur de transition ou écotone chimique à l’origine d’un écotone biologique comprenant des espèces communes aux deux sites. On peut distinguer un gradient général de salinité croissant de Sedd-El-Messjoun à ZIMA, mais également deux gradients particuliers qui s’individualisent au niveau de chaque hydrosystème. L’évaluation du degré de trophie à partir des sels nutritifs place ces deux milieux dans une situation eutrophe avec un gradient d’eutrophisation croissant des stations centrales vers les stations bordières des deux Cuvettes. Au gradient d’eutrophisation se superpose un gradient d’eutrophication (ou de pollution). La pollution peut être diffuse, liée aux apports d’engrais par lessivage des terrains agricoles ceinturant les deux sites, ou ponctuelle résultant de deux origines principales : - Les rejets des eaux usées du souk et de l’abattoir de ZIMA, - Les détergents synthétiques utilisés pour la lessive. L’étude du peuplement zooplanctonique a été basée sur le suivi de la densité et de la biomasse des différents stades évolutifs des principales espèces, ce qui a nécessité l’établissement des courbes de régression taille-poids pour chacune des espèces. De l’ensemble des résultats synécologiques et autoécologiques se dégage l’importance du "facteur sel" sur la composition, la structure et la répartition spatio-temporelle du peuplement zooplanctonique. La salinité est à l’origine d’un gradient de densité et d’un gradient de biomasse. En outre, cette étude montre l’intervention de réponses adaptatives variées des principaux zooplanctortes qui s’expriment au niveau de leurs biocycles par le développement d’un nombre variable de générations annuelles et au niveau de leurs caractères morphologiques par un dimorphisme phénotypique saisonnier ou pluriannuel. Ces réponses permettent au zooplancton son maintien dans les deux hydrosystèmes continuellement perturbés.

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 3 mars 2009, mise à jour le 11 janvier 2018