Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Sénégal → Emergences virales en Afrique de l’ouest, dynamique et modélisation, l’exemple des arboviroses émergentes et ré-émergentes dans l’écosystème de Kédougou, Sénégal

Université Cheikh Anta Diop de Dakar (2017)

Emergences virales en Afrique de l’ouest, dynamique et modélisation, l’exemple des arboviroses émergentes et ré-émergentes dans l’écosystème de Kédougou, Sénégal

Sow, Abdourahmane

Titre : Emergences virales en Afrique de l’ouest, dynamique et modélisation, l’exemple des arboviroses émergentes et ré-émergentes dans l’écosystème de Kédougou, Sénégal

Viral emergence in West Africa, dynamics and modeling, the example of emerging and re-emerging arboviruses in the ecosystem of Kedougou, Senegal

Auteur : Sow, Abdourahmane

Université de soutenance : Université Cheikh Anta Diop de Dakar cotutelle Université de Bordeaux

Grade : Doctorat : Santé publique. Option Epidémiologie : Université Cheikh Anta Diop de Dakar : 2017

Résumé
Au Sénégal, la région de Kédougou située au sud-est du pays est considérée comme une zone sentinelle d’endémie pour les arbovirus. Le modèle en est représenté par le virus de la Fièvre jaune (VFJ) qui circule à bas bruit avec des amplifications périodiques tous les 4 à 6 ans. Cependant, peu de données sont à ce jour produites sur les déterminants de la dynamique d’émergence des arboviroses d’importance humaine dans la région. Ainsi, la région de Kédougou a été marquée depuis le début des années 2000 par un développement socio-économique et démographique remarquable qui compte parmi les facteurs anthropiques susceptibles de modifier la diffusion des arboviroses dans la région. Notre travail de recherche a évalué la dynamique des arboviroses émergentes et ré-émergentes dans l’écosystème de Kédougou. Pour ce faire, nous avons mis en place un système de surveillance multidisciplinaire (épidémiologique, entomologique et virologique), réalisé une étude de séroprévalence de l’infection par l’arbovirus Chikungunya (CHIKV) et produit une analyse par modélisations afin d’identifier les facteurs environnementaux et anthropiques liés à la dynamique des émergences arbovirales dans la région. Ce système de surveillance sentinelle a permis la détection d’amplifications du cycle selvatique du CHIKV et VFJ en 2009 et 2011, avec la circulation de ces deux virus chez l’homme (notamment 20 cas de Chikungunya en 2009 et 13 cas confirmés et 10 cas probables de fièvre jaune en 2011). L’adaptation au contexte domestique du moustique vecteur Aedes aegypti, l’urbanisation non contrôlée, la migration massive des populations ainsi que le mouvement des troupeaux de bétails ont été retrouvés comme facteurs pouvant contribuer à l’émergence et à la propagation des arbovirus au Sénégal et dans la région de Kédougou ainsi que dans le reste du Sénégal. Ce modèle d’observatoire multidisciplinaire associé aux outils de modélisation, au système d’information géographique et au développement de l’épidémiologie moléculaire et de la génomique devrait être étendu à d’autres pays de la région d’Afrique de l’Ouest pour renforcer la surveillance et anticiper l’émergence des épidémies en permettant la mise en place de stratégies de prévention et de contrôle pragmatiques et évolutives.

Présentation : SUDOC

Version intégrale

Page publiée le 22 décembre 2018