Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Evaluation du potentiel nutritionnel et antioxydant de quelques variétés de truffes du désert , effet antimicrobien et anti-inflammatoire

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2017)

Evaluation du potentiel nutritionnel et antioxydant de quelques variétés de truffes du désert , effet antimicrobien et anti-inflammatoire

BOUFELDJA, Wahiba

Titre : Evaluation du potentiel nutritionnel et antioxydant de quelques variétés de truffes du désert , effet antimicrobien et anti-inflammatoire

Auteur : BOUFELDJA, Wahiba

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat 3ème Cycle 2017

Résumé
La truffe du désert connue sous le nom vernaculaire « El Terfess », est un champignon rare de bizarrerie de la nature qui appartient à la famille des ascomycota. Il est récolté, consommé et utilisé en ethnomédecine depuis l’antiquité. Cette étude a pour l’objectif de déterminer la teneur en métabolites primaires et secondaires et d’évaluer l’activité antioxydante, antimicrobienne, ainsi que le potentiel anti-inflammatoire des extraits méthanoliques des ascocarpes desséchés de quatre espèces de Truffes récoltées de trois régions différentes du Sud-ouest algérien. Terfezia boudeiri qui provient de Tabelbala-Béchar montre une richesse nutritionnelle avec 13,32±0,14% de protéines, 5,8±0,173% de lipides, 6,25±0,11% de sucres et 7,25±0,55% de minéraux, comparativement aux autres espèces Tirmania nivea et Terfezia claveryi de Chellala, et Terfezia arenaria de Mecheria. L’estimation quantitative des flavonoïdes, des tanins, de la vitamine C, des caroténoïdes et des phénols totaux a montré que les extraits méthanoliques sont riches en ces composés avec des proportions différentes entres les quatre espèces où T.boudieri montre toujours une prépondérance en polyphénols et en tanins avec respectivement 53.62± 0,26 mg EAG/g et 12,42± 0,10 mg EQ/g MS. Pour T. arenaria et T. Claveryi, la première présente la plus forte teneur en flavonoïdes (19,44 ± 0,30 mg EC/g) et la deuxième la plus forte teneur en caroténoïdes (1,83±0.04 mg/ml). Par contre Tin2 montre la richesse absolue en vitamine C par rapport aux autres espèces étudiées. L’évaluation du pouvoir antioxydant par le test DPPH et celui de FRAP a indiqué que l’extrait de T. boudeiri présente une activité antioxydante de 90% à la concentration de 1 mg/ml contrairement aux autres espèces qui montrent une activité modérée entre 42,06 et 77,82% à la même concentration. Les résultats de l’activité antimicrobienne des extraits méthanoliques des truffes sur douze souches bactériennes et deux souches de levures mettent en évidence une forte inhibition surtout contre les bactéries Gram+ avec un diamètre qui varie de 10,33±0,34 à 30±0,2 mm. En revanche ils ont une activité modérée vis-à-vis les bactéries Gram- et aucun effet sur les levures. L’évaluation de l’activité anti-inflammatoire in vivo des extraits de T. boudieri et T. arenaria montrent une inhibition de l’œdème de la patte induit par la carragénine chez les rats Wistar avec un taux moyen de 80 %.De plus une augmentation légère de la CRPr et une diminution du taux de l’albumine sérique par rapport à l’état initial, ainsi une diminution remarquable des leucocytes, des hématies et des plaquettes par rapport au lot traité avec du Nacl 0,9%.La différence entre ces valeurs et les valeurs obtenus par l’anti-inflammatoire de référence est statistiquement non significative. En définitive, les truffes peuvent être recommandées pour leurs vertus nutritionnelles et thérapeutiques importants.

Mots Clés  : Truffes Tirmania Terfezia principes nutritionnels activité antioxydante activité antimicrobienne activité anti-inflammatoire

Présentation

Version intégrale (51,4 Mb)

Page publiée le 21 octobre 2018