Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Etude de la sédimentation des barrages de la triplex : Ouizert-Bouhanifia-Fergoug

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2015)

Etude de la sédimentation des barrages de la triplex : Ouizert-Bouhanifia-Fergoug

GLIZ, Mohamed

Titre : Etude de la sédimentation des barrages de la triplex : Ouizert-Bouhanifia-Fergoug

Auteur : GLIZ, Mohamed

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat en Sciences 2015

Résumé
Le bassin versant de l’oued El Hammam au Nord ouest d’Algérie est menacé par le phénomène de l’érosion, qui a pour conséquence l’envasement des barrages de la cascade : Ouizert, Bouhanifia et Fergoug, ce dernier se trouve envasé à 98% , les autres présentant respectivement : 09% et 52,71%. Le but de cette étude est d’éclaircir le fonctionnement des trois sous bassins contrôlant ces barrages afin de déceler les principaux facteurs responsables de l’alluvionnement. L’analyse morphologique, climatique et hydrologique des trois sous bassins sur la période (1979-2005), fait ressortir que, la sédimentation dans ce bassin est étroitement lié à : la lithologie, la topographie et les précipitations. Les dolomies et calcaires dolomitiques occupant les sous bassin d’Ouizerrt et Bouhanifia leurs confère une infiltration importante et un écoulement faible. Par contre, le Fergoug, constitué essentiellement, d’argiles et de schiste, bénéficie d’un écoulement plus fort et d’un taux d’érosion le plus élevé. La carte d’érosion établie par l’utilisation de la télédection et (SIG), révèle la dominance de la classe faible et moyenne de sensibilité, correspondant à 91% de la surface totale du bassin. Du faite, de la présence d’une zone d’épandage en amont du barrage d’Ouizert, ce dernier montre un taux d’envasement faible, comparativement à Bouhanifia, malgré qu’’ils sont soumis presque aux mêmes conditions naturels. Pour l’ensemble des stations, les précipitations présentent une relation discordante avec les écoulements et les transports solides annuels. excepté le sous bassin d’Ouizert, qui se caractérise par des orages violents d’été. Le maximum de transport solide est observé en automne. L’examen détaillé des relations entre les concentrations en fonction des débits de crue par l’utilisation des courbes en hystérésis ont permis d’identifier les principales classes d’évolution, qui sont les courbes simples, dans le sens des aiguille d’une montre ,puis dans le sens contraire et enfin en forme de huit. Le modèle en courbe simple est le plus fréquent pour les sous bassins d’Ouizert et de Bouhanifia. Il traduit une action érosive instantanée et un transport des sédiments en suspension rapide, provoqués par des averses courtes et violentes. Le modèle en boucle dans le sens des aiguilles d’une montre, caractérisant les petits bassins, est fréquent pour le Fergoug. L’effet négatif de l’envasement sur la perméabilité des sols a été aussi mentionné dans notre étude

Mots Clés  : Algérie oued El Hammam Ouizert Bouhanifia Fergoug érosion SIG transport solide

Présentation

Page publiée le 27 octobre 2018