Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Contribution à l’étude de l’auto écologie et de la variabilité génétique intraspécifque chez Ammophila arénaria (L.) dans la région ouest de l’Algérie

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2015)

Contribution à l’étude de l’auto écologie et de la variabilité génétique intraspécifque chez Ammophila arénaria (L.) dans la région ouest de l’Algérie

MOURI, Charaf

Titre : Contribution à l’étude de l’auto écologie et de la variabilité génétique intraspécifque chez Ammophila arénaria (L.) dans la région ouest de l’Algérie

Auteur : MOURI, Charaf

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat en sciences 2015

Résumé
Notre travail de recherche rentre dans le cadre de la connaissance et de la valorisation pour la protection des ressources naturelles et du patrimoine des différents écosystèmes de notre pays. Notre étude s’est penchée sur un espace naturel ayant une importance privilégiée et peu valorisé, représenté par celui des dunes du littoral de l’ouest algérien qui fait partie des lieux prioritaires pour la conservation de la biodiversité. La présente étude s’est intéressée à une graminée qui est la plus caractéristique de cet écosystème, l’oyat ( Ammophila arénaria (L.) Link) qui présente une combinaison de plusieurs modes d’adaptation pour faire face aux contraintes environnementales auxquelles cette espèce est confrontée durant tout son cycle de développement. L’évaluation et la connaissance des concentrations de la proline, des sucres solubles et des éléments minéraux a pour but d’établir un profil biochimique en relation avec la haute performance de cette espèce psammophile, halophile et xérophile dans l’ajustement aux contraintes de son milieu naturel. La mise en évidence d’osmoprotecteurs, indicateurs physiologiques et biochimiques d’ajustement et marqueurs métaboliques de résistance aux stress environnementaux a révélé que l’Oyat synthétise naturellement et que l’accumulation la proline et les sucres solubles au niveau des organes étudiés (les feuilles la tige, le rhizome ) durant les 4 saisons de l’année et les taux varient en fonction de l’organe, les saisons et l’âge du végétal ;le taux le plus fort des deux substances est noté dans les feuilles les plus âgées et durant les saisons les plus chaudes et sèches de l’année. Les caractéristiques ioniques d’Ammophila arénaria diffèrent selon l’organe et l’âge de la plante et cela en prenant en considération les facteurs de stress que subit cette plante. Les résultats obtenus concernant le dosage des éléments minéraux montrent que le rapport K+/Na+ est plus élevé dans la partie aérienne que dans la partie rhizomateuse ce qui implique que la sélectivité dans la partie est en faveur du potassium. L’application de la technique ISSR sur les échantillons de feuilles de l’espèce étudiée a révélé qu’il est possible de démontrer une variabilité intra spécifique de l’oyat prélevée de deux sites géographiquement éloignés. Nos résultats sur la diversité génétique de la population d’Ammophila arénaria pourrait être important pour comparer les études écologiques dans différentes populations de cette espèce et pour planifier la régénération et la restauration de la végétation des dunes.

Mots Clés  : Ammophile arénaria Eléments minéraux Variabilité génétique.

Présentation

Version intégrale (4,33 Mb)

Page publiée le 19 octobre 2018