Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Étude écobiochimique et activités biologiques des composés phénoliques de Marrubium vulgare L.

Université El Djillali Sidi Bel Abbes (2015)

Étude écobiochimique et activités biologiques des composés phénoliques de Marrubium vulgare L.

Bouterfas, Karim

Titre : Étude écobiochimique et activités biologiques des composés phénoliques de Marrubium vulgare L.

Auteur : Bouterfas, Karim

Université de soutenance : Université El Djillali Sidi Bel Abbes

Grade : Doctorat en Sciences 2015

Résumé partiel
Cette thèse a porté sur l’étude éco-biochimique d’une plante médicinale, le marrube blanc (Marrubium vulgare L.( en provenance de quatre localités de l’ouest algérien. Les objectifs visés consistent essentiellement à mettre en exergue l’effet de certains paramètres environnementaux et expérimentaux sur la variation quantitative et qualitative des composés phénoliques de l’espèce étudiée d’une part et, sur son pouvoir antimicrobien et antioxydant d’autre part. Les résultats obtenus montrent que les conditions expérimentales d’extraction )nature du solvant organique et sa concentration, temps et température d’extraction) influent significativement sur les concentrations moyennes en composés phénoliques dosés sur les feuilles de M. vulgare. Les teneurs moyennes maximales en phénols totaux )392 ± 06,41 mg équivalent d’acide gallique/g( sont obtenues avec le méthanol 60 % à 25 °C pendant 180 min ; en flavonoïdes (79,52 ± 0,55 mg équivalent de catéchine/g) avec le méthanol 80 % à 20 °C pendant 450 min et, en tanins condensés (28,15 ± 0,80 mg équivalent de catéchine/g( avec l’acétone 41 % à 21 °C et pendant 001 min. L’analyse en composantes principales confirme l’effet positif des basses températures sur l’extraction des phénols totaux et des flavonoïdes, et des fortes températures sur les tanins condensés. La méthode de réponse de surface donne des valeurs théoriques sur les conditions d’extraction et des teneurs maximales en polyphénols très proches à celles obtenues expérimentalement. Les paramètres environnementaux testés (localité de prélèvement, mois et saison d’échantillonnage, altitude et exposition( ont un effet significatif sur les concentrations moyennes en composés phénoliques avec des valeurs plus importantes, notées sur les feuilles et les fleurs par rapport aux tiges et racines et ceci pendant les mois du printemps et de l’été par rapport aux mois de l’automne et de l’hiver. Les stations du littoral situées à de basses et moyennes altitudes ont enregistré des concentrations plus élevées par rapport à celles du mont de Tessala, situées à des altitudes élevées. Généralement, les concentrations maximales en composés phénoliques sont enregistrées dans le versant sud, par contre les concentrations minimales sont notées dans le versant nord. Les différences enregistrées sont dues probablement à des variations climatiques entre les différentes stations d’échantillonnage. L’analyse factorielle des correspondances confirme l’effet de l’organe végétal et de la saison de prélèvement sur les concentrations en polyphénols. Les tests de corrélation de Pearson ont montré des corrélations significatives entre les différents composés phénoliques dosés et l’organe végétatif analysé. La séparation des extraits phénoliques des feuilles de M. vulgare par une chromatographie liquide à haute performance (CLHP) en phase inversée montre que les acides phénoliques et les flavonoïdes varient significativement en fonction de la localité d’échantillonnage et de la saison de prélèvement. Généralement, les extraits de Aïn Skhouna et de la forêt domaniale de M’sila renferment un nombre élevé de composés phénoliques par rapport à ceux du mont de Tessala et Béni Saf. Les deux saisons de printemps et d’été sont les mieux représentées en polyphénols contrairement à l’automne et l’hiver. En se référant aux temps de rétention des standards phénoliques testés, il ressort la présence probable de certains acides phénoliques comme les acides chlorogénique, ellagique, hydrocinnamique, tannique, férulique et la vanilline et, de quelques flavonoïdes représentés par la diosmine, la catéchine, la naringinine, la lutéoline, le kaempférol, la nobilétine et la diosmétine.

Mots Clés  : Marrubium vulgare composés phénoliques localité d’échantillonnage saison chromatographie liquide à haute performance pouvoir antimicrobien activité antioxydante

Présentation

Page publiée le 22 octobre 2018