Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → DES ou DESA → Contribution à l’étude écologique des macroinvértébrés des sources d’altitude du Haut-Atlas (Maroc)

Université Cadi Ayyad, Marrakech (1992)

Contribution à l’étude écologique des macroinvértébrés des sources d’altitude du Haut-Atlas (Maroc)

Bouguerne, Allal

Titre : Contribution à l’étude écologique des macroinvértébrés des sources d’altitude du Haut-Atlas (Maroc)

Auteur : Bouguerne, Allal

Université de soutenance : Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences - Semlalia, Marrakech

Grade : DES ou DESA 1992

Résumé
Au cours d’une étude hydrobiologique réalisée dans le crénal du Haut-Atlas, une soixantaine de sources ont été prospectées. Elles se répartissent entre 1000 et 3500 mètres d’altitude et s’étalent à différents niveaux des principales zones climatiques connues du Maroc. L’objectif de cette étude est de mettre en évidence les principales caractéristiques du crénal du Haut-Atlas et des peuplements faunistiques qu’il héberge. L’analyse des paramètres physico-chimiques a permis de dégager quelques particularités de la typologie physique de ce biotope. L’élément fondamental de cette typologie est la stabilité relativement élevée de la plupart des paramètres abiotiques et leur forte indépendance vis-à-vis des conditions climatiques ambiantes. Ceci constitue une particularité des secteurs initiaux des cours d’eau méditerranéens. La structure mésologique mise en évidence à l’aide de l’analyse factorielle des correspondances (A.F.C) a permis de distinguer deux grandes groupements cénotiques, séparés surtout par la position altitudinale des sources et le degré de minéralisation de leurs eaux. Le facteur température n’a qu’une faible contribution dans cette descrimination. L’inventaire faunistique dressé fait état de 165 taxons répartis entre les principaux groupes zoologiques connus dans les rivières de la région. Les communautés benthiques sont dominées, pour la plupart, par des formes sténothermes froides et hémisténothermes. La majorité de ces espèces ont un caractère rhéophile. Bine que la taille de ces biotopes soit relativement réduite, les communautés benthiques restent assez diversifiées. La stabilité des conditions abiotiques se retrouve au niveau des peuplements qui réagissent par une organisation assez équilibrée. L’étude auto-écologique des espèces identifiées montre un faible taux des formes strictement inféodées au biotope des sources ; seulement 20% des espèces seraient strictement crénobiontes. Les formes du rhitral sont plus fréquentes et souvent plus abondantes dans ces sources. Ceci témoigne de l’étroite relation entre les sources et les biotopes leur faisant suite dans le Haut-Atlas. L’analyse biotypologique de ces peuplements réalisée à l’aide de l’A.F.C a permis de mettre en évidence les principaux facteurs déterminant la distribution spatiale des espèces dans les sources du Haut-Atlas. Ces espèces se répartissent essentiellement selon leur degré de sténothermie, leur sensibilité vis-à-vis de la combinaison substrat-vitesse du courant d’eau et leur adaptation à la stabilité hydrologique de ces sources. L’étude de la répartition biogéographique des espèces montre la forte dominance des formes paléarctiques. Seules quelques espèces auraient de fortes affinités avec des lignées afrotropicales ou orientales.

Mots clés : Contribution, Etude écologique, Macroinvértébré, Source d’altitude, Haut-Atlas, Maroc

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 3 mars 2009, mise à jour le 12 janvier 2018