Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2008 → Induction de l’enracinement par Agrobacterium rhizogenes chez 3 variétés d’olivier : Chemlal, Ferkani et BoukailaI

Université Larbi Tebessi de Tebessa (2008)

Induction de l’enracinement par Agrobacterium rhizogenes chez 3 variétés d’olivier : Chemlal, Ferkani et BoukailaI

Allag Amel

Titre : Induction de l’enracinement par Agrobacterium rhizogenes chez 3 variétés d’olivier : Chemlal, Ferkani et BoukailaI

Auteur : Allag Amel

Université de soutenance : Université Larbi Tebessi de Tebessa

Grade : Magister : Biotechnologies végétales : 2008

Résumé
La multiplication de l’Olivier par bouturage herbacé revêt un grand intérêt pour le développement d’une oléiculture moderne à l’instar de ce qui se fait dans les pays développés. Cet objectif ne peut cependant, être atteint que par la maîtrise des techniques de production de plants aussi bien en quantité qu’en qualité. L’exploitation des possibilités offertes par le verger oléicole Algérien n’est pas suffisante (Imarazène, 2007) à cause des problèmes liés aux facteurs génétiques de certaines variétés à enracinement difficile, et ce, malgré leur grande importance économique. Le présent travail constitue une contribution pour la multiplication du matériel végétal herbacé de quelques variétés d’Olivier utilisant des procédés biotechnologiques, en vue d’améliorer leur enracinement. Ainsi, le matériel herbacé utilisé est constitué de boutures à un seul noeud, à plusieurs noeuds ou de feuilles avec le bourgeon axillaire prélevées sur les rameaux de l’année en respectant leur origine sur le rameau. Seules les boutures ou feuilles apicales ou médianes ont été utilisées. Pour induire l’enracinement, les boutures de trois variétés, Chemlal de Kabylie, Ferkani de la région de Tébessa et Boukaila du Constantinois ont été soumises à un traitement à la souche A4 de l’Agrobacterium rhizogenes. Il ressort de l’étude un certain nombre d’informations pouvant être utilisées dans un programme de multiplication de l’olivier. En effet, nous avons pu montrer qu’il était possible d’induire la formation d’intenses chevelus racinaires aussi bien à partir des boutures que des feuilles. Cependant, les capacités morphogénétiques liées à la rhizogenèse du matériel utilisé dépendent du type d’explants, de sa position sur le rameau initial ainsi que de la variété. En outre, le trempage de la base du matériel végétal dans une solution de l’Agrobacterium rhizogenes, réactivée avec 10μg d’acétosyringone, pendant 10 secondes est largement suffisant. Les résultats obtenus dans le cadre du présent travail de recherche montrent essentiellement que : • Concernant l’origine des boutures, les boutures médianes offrent les meilleures possibilités d’enracinement (60%). Cependant pour les feuilles, c’est l’origine apicale qui donne les meilleurs résultats (14%).La multiplication de l’Olivier par bouturage herbacé revêt un grand intérêt pour le développement d’une oléiculture moderne à l’instar de ce qui se fait dans les pays développés. Cet objectif ne peut cependant, être atteint que par la maîtrise des techniques de production de plants aussi bien en quantité qu’en qualité. L’exploitation des possibilités offertes par le verger oléicole Algérien n’est pas suffisante (Imarazène, 2007) à cause des problèmes liés aux facteurs génétiques de certaines variétés à enracinement difficile, et ce, malgré leur grande importance économique. Le présent travail constitue une contribution pour la multiplication du matériel végétal herbacé de quelques variétés d’Olivier utilisant des procédés biotechnologiques, en vue d’améliorer leur enracinement. Ainsi, le matériel herbacé utilisé est constitué de boutures à un seul noeud, à plusieurs noeuds ou de feuilles avec le bourgeon axillaire prélevées sur les rameaux de l’année en respectant leur origine sur le rameau. Seules les boutures ou feuilles apicales ou médianes ont été utilisées. Pour induire l’enracinement, les boutures de trois variétés, Chemlal de Kabylie, Ferkani de la région de Tébessa et Boukaila du Constantinois ont été soumises à un traitement à la souche A4 de l’Agrobacterium rhizogenes. Il ressort de l’étude un certain nombre d’informations pouvant être utilisées dans un programme de multiplication de l’olivier. En effet, nous avons pu montrer qu’il était possible d’induire la formation d’intenses chevelus racinaires aussi bien à partir des boutures que des feuilles. Cependant, les capacités morphogénétiques liées à la rhizogenèse du matériel utilisé dépendent du type d’explants, de sa position sur le rameau initial ainsi que de la variété. En outre, le trempage de la base du matériel végétal dans une solution de l’Agrobacterium rhizogenes, réactivée avec 10μg d’acétosyringone, pendant 10 secondes est largement suffisant. Les résultats obtenus dans le cadre du présent travail de recherche montrent essentiellement que : • Concernant l’origine des boutures, les boutures médianes offrent les meilleures possibilités d’enracinement (60%). Cependant pour les feuilles, c’est l’origine apicale qui donne les meilleurs résultats (14%). Les boutures à plusieurs noeuds sont plus réactives que les boutures à un seul noeud. Cependant, ce dernier type de boutures ainsi que les feuilles devraient être reprises et soumises aux traitements rhizogènes par Agrobacterium rhizogenes (A4), en vue d’optimiser les conditions d’induction de l’enracinement. L’objectif de l’utilisation de ce type d’explant est l’économie de matériel végétal. • Les trois variétés utilisées dans ce travail (récalcitrantes au bouturage) montrent une bonne réactivité suite à l’application de la souche A4. Cependant, du point de vue pourcentage d’enracinement, les boutures de la variété Chemlal s’enracinent à 60 %, celles de Ferkani à 56,66% et celles de Boukaila à 42,85%. Ainsi par rapport aux traitements hormonaux, la variété Chemlal traitée à la souche A4 montre une amélioration de l’ordre de 300 %. Pour cette variété le pourcentage d’enracinement maximum obtenu avec l’AIB est de 19% (Caballero, 1981). Enfin, et vu les résultats obtenus, il demeure donc indispensable, de continuer à développer à l’aide de la transgenèse végétale le bouturage de l’olivier et d’autres espèces fruitières. Parmi les perspectives de recher.

Catalogue Collectif Algérie

Page publiée le 8 février 2019