Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2016 → Modélisation de l’intrusion marine dans l’aquifère côtier d’Annaba. Apport des analyses salinométriques

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2016

Modélisation de l’intrusion marine dans l’aquifère côtier d’Annaba. Apport des analyses salinométriques

Aichouri Imen

Titre : Modélisation de l’intrusion marine dans l’aquifère côtier d’Annaba. Apport des analyses salinométriques

Auteur : Aichouri Imen

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat en Sciences Hydrogéologie 2016

Résumé partiel
La région d‘Annaba, située dans la partie Nord Orientale de l‘Algérie, renferme dans son sous-sol des ressources en eau assez importantes qui représentent un grand intérêt pour l‘alimentation des populations en eau, pour l‘agriculture et l‘industrie. Ce site subit aujourd‘hui une pression anthropique progressive qui devient inquiétante. En effet, l‘exploitation en continu de la nappe a entraîné une dégradation de la qualité des eaux et a influencé négativement l‘équilibre hydrodynamique de l‘aquifère. Elle a eu également pour conséquence l‘apparition de biseaux salés menaçant même à brève échéance et l‘exploitation de la nappe et le bon fonctionnement des zones humides. Sur la base des résultats analytiques obtenus pour des séries d‘échantillonnages, de périodicité plus au moins régulière, réalisés sur les principaux réseaux de mesure, nous avons tenté d‘identifier les principaux facteurs qui influencent l‘évolution de la qualité physico-chimique des eaux et de délimiter l‘avancée du biseau salé. Dans cette recherche, les modèles de simulation numérique se sont avérés comme des outils très performants pour comprendre le fonctionnement hydrodynamique des aquifères de la région d‘Annaba, située au Nord Est de l‘Algérie, en tenant compte des hétérogénéités des milieux. Ils ont permis également de mettre en évidence une vulnérabilité des aquifères dans les secteurs côtiers où l‘on observe des débits entrants par la mer et des flux de concentration en chlorures assez importants. Les impacts négatifs sur les eaux souterraines et sur les écosystèmes peuvent devenir catastrophiques si aucune mesure n‘est prise pour juguler le problème. Les modèles basés sur les réseaux de neurones artificiels sont apparus comme un moyen très puissant pour élaborer des relations prévisionnelles entre les différents indicateurs de la gestion des ressources en eau dans la région. Dans ce contexte de forte demande en eau, seule une démarche intégrée offre la possibilité de gérer ces ressources dans le respect du milieu naturel, des intérêts des citoyens et de ceux des acteurs économiques. Les recherches effectuées répondent à cette nécessité d‘intégration, depuis la localisation et l‘évaluation des ressources souterraines, jusqu‘à la protection de leur qualité, mais tout en évaluant les éventuels effets néfastes. Dans cette recherche, un nouveau modèle de gestion intégrée de l’eau a été développé basé sur la relation de cause à effet abordant le cycle entier de l’eau. Des variables hydrologiques ont été développées et classées en cinq catégories qui sont d’ordre socio-économique, des contraintes de pollution, de qualité de l’eau, d’impact de l’activité humaine et de la gestion de l’espace urbain et agricole. Les variables pertinentes ont été caractérisées en utilisant les réseaux de neurones artificiels. Il a été démontré qu’une combinaison de mesures pratiques est nécessaire pour assurer la gestion durable de l’eau. La gestion des ressources en eau dans le bassin de l‘oued Seybouse est étroitement soumise à des conflits d’usage dans la région. L‘augmentation rapide de la population et l‘expansion des secteurs agricoles et industriels entraînent une demande toujours croissante de nouvelles ressources en eau. Dans cette recherche, le système d‘évaluation et de planification de l’eau (WEAP), a été développé pour simuler les bilans hydriques actuels et évaluer les stratégies de gestion des eaux dans la région d’Annaba. WEAP traite la demande en eau et les problèmes d’approvisionnement d’une manière globale et intégrée. La méthode des scénarios permet une représentation flexible des conséquences des modes de développement alternatifs et dynamique de l’offre. Cette recherche décrit ensuite quatre scénarios alternatifs d’approvisionnement en eau pour la région étudiée : l‘augmentation de l‘utilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation, le changement climatique, et deux scénarios en combinant changement climatique et réutilisation croissante des eaux usées et modification des modes de l’agriculture pour calculer l’impact sur l’écart entre l’offre de la demande d’ici l’an 2050.

Mots clés  : cote, Nappe profonde, Intrusion marine, Minéralisation, Chlorure, Weap, Réseaux de neurones,

Version intégrale

Page publiée le 23 octobre 2018