Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2009 → L’élevage camelin en Algérie : système a rotation lente et problème de reproduction, profils hormonaux chez la chamelle chaambi

Université Badji Moktar de Annaba (UBMA) 2009

L’élevage camelin en Algérie : système a rotation lente et problème de reproduction, profils hormonaux chez la chamelle chaambi

Adamou, Abdelkader

Titre : L’élevage camelin en Algérie : système a rotation lente et problème de reproduction, profils hormonaux chez la chamelle chaambi .

Auteur : Adamou, Abdelkader

Université de soutenance : Université Badji Moktar de Annaba (UBMA)

Grade : Doctorat 2009

Résumé
Deux cent quarante-neuf chameliers ont été enquêtés dans les trois grandes aires de distribution du dromadaire en Algérie : sud est ( souf) .sud ouest ( tindouf ) et extrême sud (hoggar) pour nous permettre d’identifier les systèmes existants et d’en comprendre le fonctionnement. Cinq systèmes ont été identifiés, des systèmes spécifiques à une région ( ramasseurs de bois du souf) ou communs aux régions d’étude (semi-nomades, nomades, bergers, sédentaires).l’analyse de la diversité de ces systèmes et leur durabilité , compte tenu des changements écologique, économique et social nous a permis de conclure que le seul système qui restera stable est le semi-nomadisme et mérite donc d’être conforté en essayant de trouver des formes d’intégration qui permettront la perpétuité de ce mode vie à même de respecter l’équilibre écologique . par ailleurs, et parmi les contraintes majeures qui se dressent en obstacle à l’épanouissement de l’élevage camelin il faut mentionner la reproduction . aussi , nous avons tenté d’approcher un aspect de l’endocrinologie chez la race chaambi en étudiant les profils de sécrétion de l’ooestradiol au cours de l’activité folliculaire et en période de gestation ainsi que celui de la progestérone au cours de l’évolution du corps jaune .les principaux résultats de cette étude montrent que la mise en évidence de l’évolution des taux de progestérone permet la pratique d’ un diagnostic très précoce de gestation basé sur le dosage de la progestérone à partir d’une période inférieure à 12 jours après la saillie par ailleurs, la courte période de la phase lutéale (9 jours ) observée chez la femelle du dromadaire permettrait un retour rapide à un stade fertile. la femelle du dromadaire est peu sensible à l’effet inhibiteur de la progestérone. l’étude nous laisse supposer que l’état corporel a eu un rôle important sur la précocité de redémarrage d’une activité ovarienne en post-partum. quant à l’oestradiol, les profils de sécrétion révélent des niveaux de concentration très faibles tout au long de la période et n’ont jamais atteint les valeurs rapportées par la littérature mais ces travaux, n’apportant, à la lumière de ces résultats, qu’une première lecture sur un aspect de l’endocrinologie chez la chamelle chaambi au vu des conditions de travail très contraignantes dans les conditions algériennes actuelles, demandent à être repris et approfondis pour permettre d’éclairer certains aspects importants de la physiologie sexuelle du dromadaire les résultats obtenus sur le terrain serviront de base à tout plan d’action visant à préserver cette espèce jusque-là en déclin et permettra d’orienter l’exploitation du dromadaire comme animal de boucherie, les autres aspects de la polyfonctionnalité du dromadaire ayant fortement perdu de leur prestige

Catalogue Collectif Algérie

Page publiée le 17 novembre 2018