Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Le bassin versant de Bou Regreg (Maroc Central) : Etudes hydrologique, hydrogéologique et hydrochimie des eaux

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fes (2004)

Le bassin versant de Bou Regreg (Maroc Central) : Etudes hydrologique, hydrogéologique et hydrochimie des eaux

Marghich, Abdeslam

Titre : Le bassin versant de Bou Regreg (Maroc Central) : Etudes hydrologique, hydrogéologique et hydrochimie des eaux

Auteur : Marghich, Abdeslam

Université de soutenance  : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Sciences Dhar El Mehraz, Fes

Grade : Doctorat 2004

Résumé
Le bassin versant de l’oued Bou Regreg, se situe dans le plateau central marocain. Il en occupe 9659Km² ; 85% de cette surface à une altitude inférieure à 1000 m. Ce bassin reçoit en moyenne 431.62 mm de pluie par an sous une température moyenne annuelle de 17.31°C. L’évapotranspiration réelle prive ce bassin de 86% des précipitations qu’il reçoit. Le surplus participerait à l’alimentation des aquifères et/ou au ruissellement superficiel. Le réseau hydrographique s’articule autours de deux principes rivières, Grou (ordre7) et Bou Regreg (ordre 8). Les propriétés de ce réseau (forme, densité, fréquence, linéaments hydrographiques…) varient avec la topographie et la structure géologique du substratum. L’étude hydrologique a montré que le ce bassin a un régime saisonnier et une activité interannuelle irrégulière. A l’exutoire, les apports liquides moyens annuels sont estimés à 22.93m³/s avec un coefficient de corrélation linéaire pluie-écoulement de 0.89. Le substratum de ce bassin est dominé par le formations paléozoïques (schistes, quartzites, granites,… ; les dépôts plus récents généralement de faibles puissances sont peu représentés et, selon la nature géologique des réservoirs potentiels et leur extension géographique quatre régions hydrogéologiques ont été défini : Shoul, Rommani-Khmissat, Zaër et Oulmès. Dans les deux premières, il y a dominance du système global aquifère/rivière. Dans les dernières, il a essentiellement des aquifères locaux dont la recharge des nappes est liée à l’intensité des pluies efficaces. Le test de la qualité chimique des eaux souterraines du basin de Bou Regreg a montré que les eaux de la région de Rommani-Khmissat sont les plus minéralisées avec dominance du faciès chloruré calcique et chloruré magnésien. Les eaux des régions de Zaër et d’Oulmès sont les plus douces et les plus potables avec dominance des faciès du type Ca++ (Mg++)-HCO3 et Ca ++ (Mg++)-Cl (SO4++). Le haut Bou Regreg, région d’Oulmès est connu pour ses sources thermominérales à majorité carbogazeuse dont les plus connues sont Sidi Ali et Lala Hya, aux commercialisées sous le nom de « d’Oulmès ». L’étude géochimique et géothermométrique de ces sources a montré que les profondeurs calculées à partir des températures estimées à l’aide des géothermomètres à calcédoine et cristobalite révèlent l’existence de réservoirs entre 340 m et 1310 m de profondeur, cette variation de profondeur suggère l’existence de petits réservoirs dénivelés, les uns par rapport aux autres, par un système de failles ; failles généralement orientées NE-SW. L’abondance du gaz carbonique libre serait en relation avec la géologie de la région.

Mots clés : Bou Regreg, Hydrologie, Linéament hydrographique, Hydrogéologie, Hydrochimie, Minéralisation, Oulmès, Géothermométrie, Thermalisme

Présentation (Toubk@l)

Page publiée le 4 mars 2009, mise à jour le 10 janvier 2018