Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Etude de la biodégradation des effluents des huileries (margines) et leur valorisation par production de l’enzyme tannase

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Fes Maroc (2003)

Etude de la biodégradation des effluents des huileries (margines) et leur valorisation par production de l’enzyme tannase

Aissam, Halah

Titre : Etude de la biodégradation des effluents des huileries (margines) et leur valorisation par production de l’enzyme tannase

Auteur : Aissam, Halah

Université de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Sciences Dhar El Mehraz, Fes

Grade : Doctorat 2003

Résumé
La caractérisation physico-chimique des margines de la station d’évaporation naturelle de la ville de Fès, a montré que cet effluent est trop chargé en matières organiques évaluées en terme de DCO (154 g d’O2.1¯¹). Il est caractérisé aussi par un taux élevé en composés une phénoliques (9,7 g/1). L’étude microbiologique de ces margines a révélé que ce rejet renferme une charge microbienne assez faible (FMAT : 8,4 10³ UFC.ml¯¹, levures : 7,6 10³ UFC.ml¯¹, champignons : 4 10² UFC.ml¯¹). L’étude microbiologique de ces margines a permis d’isoler une seule souche bactérienne appartenant au genre Pseudomonas, deux types de champignons (Penicillium sp. Et Aspergillus niger), et 8 espèces de levures (Candida boidinii, Candida diddensiae, Candida wikerhamii, Pichia kluyveri, Pchia membranaefaciens, Saccharomyces cerevisiae, Geotrichum terrestre et Zygosaccharomyces fermentati). La croissance de ces souches sur différentes source de carbone a révélé que les levures : Candida boidinii et Geotrichum terrestre, ainsi que les champignons : Penicillium sp. et Aspergillus niger sont les souches les plus performantes dans l’assimilation des composés phénoliques et lipidiques. L’adaptation de ces quatre souches indigènes à croître sur les margines à différentes concentrations croissantes (25%, 50%, 75% et 100%) permet d’augmenter la résistance des micro-organismes à la toxicité des composés phénoliques des margines brutes. Ainsi, les souches A. niger, Penicillium sp., G. terrestre et C. boidinii ont réduit la DCO à des taux de 78,3%, 63,1% ; 48,4% et 40,3% respectivement après un mois de traitement des margines brutes. Cette étude a montré également l’intérêt de la souche A. niger dans l’élimination de la DCO (78,3%) et des composés phénoliques (63,1%). L’étude préliminaire de la production de l’enzyme tannase par Aspergillus niger HA37 sur différentes concentrations d’acide tannique telles que 0,2% ; 0,5% et 1% a montré que l’activité enzymatique est respectivement de l’ordre de 0,6 ; 0,9 et 1,5 UE.ml¯¹. L’étude de la production de l’enzyme tannase par Aspergillus niger HA37 en utilisant les margines à 25% comme milieu de culture a donné des résultats encourageants. La production de cette enzyme reste plus ou moins stable pendant plus que 30 heures, elle varie entre 0,37 et 0,64 UE.ml¯¹. Cette production de l’enzyme tannase est accompagnée par des taux d’abattement des composés phénoliques et de la DCO de l’ordre de 71% et 66% respectivement.

Mots clés : Margine, Etude physico-chimique, Traitement biologique, Tannase, Microbiologique

Présentation (Toubkal)

Version intégrale (0,96 MB)

Page publiée le 4 mars 2009, mise à jour le 16 février 2019