Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Suisse → Les symbioses agro-industrielles en Afrique de l’Ouest : évaluation du potentiel d’une nouvelle stratégie pour un développement durable (Nord du Nigéria)

Université de Lausanne (2011)

Les symbioses agro-industrielles en Afrique de l’Ouest : évaluation du potentiel d’une nouvelle stratégie pour un développement durable (Nord du Nigéria)

Schwab Castella P.

Titre : Les symbioses agro-industrielles en Afrique de l’Ouest : évaluation du potentiel d’une nouvelle stratégie pour un développement durable (Nord du Nigéria)

Auteur : Schwab Castella P.

Etablissement de soutenance : Université de Lausanne

Grade : Doctorat 2011

Résumé
Cette thèse traite de l’utilisation des concepts de Symbiose Industrielle dans les pays en développement et étudie le potentiel de cette stratégie pour stimuler un développement régional durable dans les zones rurales d’Afrique de l’Ouest. En particulier, lorsqu’une Symbiose Industrielle est instaurée entre une usine et sa population alentour, des outils d’évaluation sont nécessaires pour garantir que le projet permette d’atteindre un réel développement durable. Les outils existants, développés dans les pays industrialisés, ne sont cependant pas complètement adaptés pour l’évaluation de projets dans les pays en développement. En effet, les outils sont porteurs d’hypothèses implicites propres au contexte socio-économique dans lequel ils ont été conçus.L’objectif de cette thèse est de développer un cadre méthodologique pour l’évaluation de la durabilité de projets de Symbiose Industrielle dans les pays en développement.Pour ce faire, je m’appuie sur une étude de cas de la mise en place d’une Symbiose Industrielle au nord du Nigéria, à laquelle j’ai participé en tant qu’observatrice dès 2007. AshakaCem, une usine productrice de ciment du groupe Lafarge, doit faire face à de nombreuses tensions avec la population rurale alentour. L’entreprise a donc décidé d’adopter une nouvelle méthode inspirée des concepts de Symbiose Industrielle. Le projet consiste à remplacer jusqu’à 10% du carburant fossile utilisé pour la cuisson de la matière crue (calcaire et additifs) par de la biomasse produite par les paysans locaux. Pour ne pas compromettre la fragile sécurité alimentaire régionale, des techniques de lutte contre l’érosion et de fertilisation naturelle des sols sont enseignées aux paysans, qui peuvent ainsi utiliser la culture de biomasse pour améliorer leurs cultures vivrières. A travers cette Symbiose Industrielle, l’entreprise poursuit des objectifs sociaux (poser les bases nécessaires à un développement régional), mais également environnementaux (réduire ses émissions de CO2 globales) et économiques (réduire ses coûts énergétiques). Elle s’ancre ainsi dans une perspective de développement durable qui est conditionnelle à la réalisation du projet.A travers l’observation de cette Symbiose et par la connaissance des outils existants je constate qu’une évaluation de la durabilité de projets dans les pays en développement nécessite l’utilisation de critères d’évaluation propres à chaque projet. En effet, dans ce contexte, l’emploi de critères génériques apporte une évaluation trop éloignée des besoins et de la réalité locale. C’est pourquoi, en m’inspirant des outils internationalement reconnus comme l’Analyse du Cycle de Vie ou la Global Reporting Initiative, je définis dans cette thèse un cadre méthodologique qui peut, lui, être identique pour tous les projets. Cette stratégie suit six étapes, qui se réalisent de manière itérative pour permettre une auto¬amélioration de la méthodologie d’évaluation et du projet lui-même. Au cours de ces étapes, les besoins et objectifs en termes sociaux, économiques et environnementaux des différents acteurs sont déterminés, puis regroupés, hiérarchisés et formulés sous forme de critères à évaluer. Des indicateurs quantitatifs ou qualitatifs sont ensuite définis pour chacun de ces critères. Une des spécificités de cette stratégie est de définir une échelle d’évaluation en cinq graduations, identique pour chaque indicateur, témoignant d’un objectif totalement atteint (++) ou pas du tout atteint (—).L’application de ce cadre méthodologique à la Symbiose nigériane a permis de déterminer quatre critères économiques, quatre critères socio-économiques et six critères environnementaux à évaluer. Pour les caractériser, 22 indicateurs ont été définis. L’évaluation de ces indicateurs a permis de montrer que le projet élaboré atteint les objectifs de durabilité fixés pour la majorité des critères. Quatre indicateurs ont un résultat neutre (0), et un cinquième montre qu’un critère n’est pas atteint (—). Ces résultats s’expliquent par le fait que le projet n’en est encore qu’à sa phase pilote et n’a donc pas encore atteint la taille et la diffusion optimales. Un suivi sur plusieurs années permettra de garantir que ces manques seront comblés.Le cadre méthodologique que j’ai développé dans cette thèse est un outil d’évaluation participatif qui pourra être utilisé dans un contexte plus large que celui des pays en développement. Son caractère générique en fait un très bon outil pour la définition de critères et indicateurs de suivi de projet en terme de développement durable

Présentation (SERVAL)

Version intégrale (19,2 Mb)

Page publiée le 28 janvier 2019