Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Flore algale des eaux usées de la ville de Fès et étude de la capacité de certaines espèces à éliminer la charge azotée, phosphatée et quelques métaux lourds (chrome etcadmium)

Université Sidi Mohamed ben Abdellah, Fès (2003)

Flore algale des eaux usées de la ville de Fès et étude de la capacité de certaines espèces à éliminer la charge azotée, phosphatée et quelques métaux lourds (chrome etcadmium)

Zerhouni, Rachid Abdou

Titre : Flore algale des eaux usées de la ville de Fès et étude de la capacité de certaines espèces à éliminer la charge azotée, phosphatée et quelques métaux lourds (chrome etcadmium)

Auteur : Zerhouni, Rachid Abdou

Université de soutenance : Université Sidi Mohamed ben Abdellah, Faculté des sciences Dhar El Mehraz, Fès

Grade : Doctorat 2003

Résumé
La qualité de l’eau est une priorité environnementale. Les impératifs du développement imposent au Maroc d’accorder une place de plus en plus importante aux techniques préventives contre la pollution de l’eau et surtout, de mettre l’accent sur le traitement des eaux usées par la recherche de procédés adaptés aux conditions marocaines. Le présent travail a pour objectif principal, d’étudier la flore algale des eaux usées de la ville de Fès et rechercher parmi cette flore des espèces pouvant avoir une performance dans l’élimination de la charge azotée et phosphatée ainsi que certains métaux lourds très toxiques tels le chrome hexavalent et le cadmium. La caractérisation physico-chimique des eaux usées, réalisée au cours d’un suivi durant un cycle a permis de constater que les eaux usées étudiées sont relativement chargées en divers polluants. Elles se caractérisent par une charge organique élevée et des teneurs en ammonium, orthophosphates et en sulfates également élevées par contre, par de faibles teneurs en oxygène. Les mesures des métaux lourds et de quelques éléments toxiques réalisées par activation neutronique, ont montré l’existence de nombreux métaux lourds parmi lesquels le chrome, le fer, le zinc, le mercure, l’arsenic, le cobalt, l’argent, le strontium, le brome et le baryum. Par rapport aux études précédentes, on constate une baisse des teneurs en métaux lourds, mais malgré cela, la teneur en certains d’entre eux reste très élevée et dépasse les normes admises pour l’irrigation, particulièrement pour le chrome. L’étude de la flore algale réalisée mensuellement a montré l’existence dans les eaux usées, de plus de 60 taxons dominés par les Diatomées. L’étude a montré également qu’il y a une répartition spatio-temporelle en fonction de la charge polluante et la faible oxygénation. Parmi les Chlorophycées inventoriés, trois espèces, en l’occurrence Chlamydomonas reinhardtii, Chlorella pyrenoïdosa et Scenedesmus quadricauda ont été les plus abondantes et les plus présentes durant tout le cycle. L’étude de la capacité d’épuration de ces trois micro-algues, réalisée dans les conditions contrôlées a montré que le prélèvement de l’ammonium, des nitrates et des orthophosphates, a été à des taux d’abattement élevés, cette performance se trouve atténuée en présence du chrome et du cadmium dans le milieu. L’étude de la sensibilité des trois espèces algales au Cd et Cr , nous a permis de tester la capacité d’épuration (prélèvement des phosphates, nitrates, ammonium et réduction de la DCO…) et également l’influence des métaux lourds (Cr et Cd) sur cette capacité et sur la croissance des micro-algues elles-mêmes. La technique de marquage nous a permis d’évaluer les teneurs des métaux lourds que peut absorber chacune des trois espèces algales.

Mots clés : Algue, Cadmium, Chrome, eau usée, biosorption, Azote, Phosphate

Présentation (Toubk@l)

Version intégrale

Page publiée le 4 mars 2009, mise à jour le 12 janvier 2018