Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Belgique → SUIVI DU ROMARIN DANS LA PROVINCE DE JERADA AU MAROC : CARTOGRAPHIE À PARTIR DE DONNÉES SECONDAIRES ET EXPLORATION DE LA COUVERTURE VÉGÉTALE POUR L’ESTIMATION DE LA PHYTOMASSE

Université de Liège (2018)

SUIVI DU ROMARIN DANS LA PROVINCE DE JERADA AU MAROC : CARTOGRAPHIE À PARTIR DE DONNÉES SECONDAIRES ET EXPLORATION DE LA COUVERTURE VÉGÉTALE POUR L’ESTIMATION DE LA PHYTOMASSE

Masure, Marion

Titre : SUIVI DU ROMARIN DANS LA PROVINCE DE JERADA AU MAROC : CARTOGRAPHIE À PARTIR DE DONNÉES SECONDAIRES ET EXPLORATION DE LA COUVERTURE VÉGÉTALE POUR L’ESTIMATION DE LA PHYTOMASSE

Rosemary monitoring in the province of Jerada (Morocco) : mapping using secondary data and exploration of crown cover as a variable to estimate phytomas

Auteur : Masure, Marion

Université de soutenance : Université de Liège

Grade : Master en sciences et gestion de l’environnement, à finalité spécialisée pays en développement 2018

Résumé
La télédétection et les techniques d’analyse d’image deviennent incontournables dans les questions de cartographie et d’estimations de phytomasse de part leur flexibilité, leur coût et les informations qu’elles fournissent. Les méthodes employées actuellement par les Eaux et Forêts dans ces domaines exigent beaucoup de ressources. Ce travail réalisé dans le cadre de la coopération belgo-marocaine a donc proposé une méthodologie de cartographie du romarin à partir d’images satellites de 10 m de résolution et d’une carte de peuplement au 1/25 000 dans la province de Jerada. Loin d’être optimaux, les résultats soulignent le besoin d’accorder les résolutions des données utilisées et d’en améliorer la résolution spatiale et spectrale. L’autre objectif était d’étudier l’apport de la variable couverture végétale dans des modèles d’estimation de phytomasse de romarin grâce à l’échantillonnage de 134 touffes dans la province de Jerada. Cette variable a été obtenue à travers l’analyse de photographies prises au nadir avec le logiciel CAN-EYE. Si la couverture végétale des touffes de romarin permet d’expliquer 87 % de la phytomasse récoltable par touffe dans des modèles simples, linéaire et non-linéaire, avec des erreurs types de 164,70 et 166,39 g, l’analyse des photos doit encore être automatisée pour pouvoir répondre aux besoins de l’administration des Eaux et Forêts.

Mots clés : romarin, classification de la végétation, SENTINEL-2, modèle allométrique, estimation de phytomasse, couverture végétale, photographie au nadir

Présentation

Version intégrale (3,72 Mb)

Page publiée le 13 décembre 2018