Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2010 → Etude de la composition chimique et évaluation d’activités biologiques de l’huile essentielle d’une Apiaceae de Tunisie : Pituranthos chloranthus

Université de Caen Normandie (2010)

Etude de la composition chimique et évaluation d’activités biologiques de l’huile essentielle d’une Apiaceae de Tunisie : Pituranthos chloranthus

Neffati, Aicha

Titre : Etude de la composition chimique et évaluation d’activités biologiques de l’huile essentielle d’une Apiaceae de Tunisie : Pituranthos chloranthus

Chemical composition and biological activities of Essential oils from Tunisian Apiaceae : Pituranthos chloranthus

Auteur : Neffati, Aicha

Etablissement de soutenance : Université de Caen Normandie.

Grade : Doctorat : Biotechnologie agroalimentaire : Caen : 2010

Résumé
Les huiles essentielles (HE) de Pituranthos chloranthus, plante médicinale traditionnelle utilisée en Afrique du Nord, ont été extraites par hydrodistillation. Le rendement d’extraction est faible (de 1,5 à 6%) pour toutes les régions (Gabès, Médenine et Benguerdane) et toutes les saisons (novembre, février, avril et août) échantillonnées.L’analyse des HE par GC /FID et GC/MS a permis d’identifier 170 composés. Les monoterpènes (hydrocarbonés et oxygénés) sont prédominants pour toutes les saisons et origines géographiques et varient de 62,3 à 91,5%. Au stade végétatif la somme de l’ a-pinène (composé majoritaire), du b-pinène et du p-cymène constitue environ 50 % de tous les échantillons. Les HE récoltées en avril (floraison) comportent une plus grande quantité d’exo-2-hydroxycineole acétate. Les HE récoltées en août dans les trois régions sont riches en aldéhydes (8,1 à 14%) et en alcools (2,3 à 5.4%). Le E,E-déca-2,4-dienal, le carvacrol et l’acétate de géranyle sont les composés majoritaires de la période de fructification. Une analyse par régression PLS a permis de discriminer les HE selon le stade de croissance et l’origine géographique. L’activité antibactérienne a été évaluée vis-à-vis de différentes souches bactériennes de référence. Des activités sont observées vis-à-vis de toutes les bactéries testées. Les HE récoltées à Médenine ont un pouvoir bactériostatique de 0,25 ; 0,75 et 1 mg/ml respectivement pour les périodes d’août, novembre et avril vis-à-vis de Staphylococcus. L’HE de Gabès récoltée au mois d’août inhibe fortement la croissance bactérienne d’Echerichia coli (0,5mg/ml), de Staphylococcus aureus (0,8mg/ml) et Enterococcus faecalis (0,8mg/ml). L’activité génotoxique et antigénotoxique a été évaluée au moyen de plusieurs tests : (1) le test d’Ames qui vise à examiner si une substance est capable d’induire des mutations spécifiques chez différentes souches de salmonella typhimurium, (2) le SOS Chromotest qui consiste à examiner si une substance est capable d’induire les fonctions SOS et entraîner une augmentation de l’expression du gène sfiA et (3) un test d’évaluation de la dénaturation de l’ADN plasmidique par photolyse du peroxyde d’hydrogène après exposition au rayonnement UV. Si aucune HE n’a montré d’effet génotoxique, elles ont toutes un effet antigénotoxique important. L’activité antiradicalaire a été évaluée vis-à-vis des deux radicaux DPPH et ABTS, et l’activité antioxydante à l’aide des systèmes xanthine/xanthine oxydase, NBT/Ribovlavine et le système 2-desoxyribose. Toutes les huiles essentielles montrent un effet antiradicalaire et antioxydant plus ou moins important.

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 30 novembre 2018