Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2018 → Estimation spatialisée de l’évapotranspiration réelle et des volumes d’irrigation à l’aide de modèles de bilans hydrique et énergétique forcés par des données de la télédétection optique (VIS/PIR/IRT)

Université de Toulouse (2018)

Estimation spatialisée de l’évapotranspiration réelle et des volumes d’irrigation à l’aide de modèles de bilans hydrique et énergétique forcés par des données de la télédétection optique (VIS/PIR/IRT)

Sameh Saadi

Titre : Estimation spatialisée de l’évapotranspiration réelle et des volumes d’irrigation à l’aide de modèles de bilans hydrique et énergétique forcés par des données de la télédétection optique (VIS/PIR/IRT)

Spatial estimation of actual evapotranspiration and irrigation volumes using water and energy balance models forced by optical remote sensing data (VIS / NIR / TIR)

Auteur : Sameh Saadi

Etablissement de soutenance : Université de Toulouse cotutelle Université de Carthage

Grade : Doctorat 2018

Résumé
La gestion efficace de l’eau dans les régions arides et semi-arides est un problème majeur, principalement dans les zones irriguées. La conception d’outils fournissant des estimations régionales des composantes du bilan hydrique peut aider à la gestion durable de la ressource en eau dans ces régions. La télédétection multi-capteurs a démontré un très fort potentiel pour le suivi des ressources hydriques agricoles à différentes échelles. Cette thèse vise à développer des techniques et des méthodes efficaces pour estimer les variables hydrologiques (évapotranspiration et les volumes d’irrigation) afin d’évaluer, dans l’espace (résolutions "métrique" et "kilométrique"), les besoins en eau des cultures du couvert végétal de la plaine de Kairouan (Tunisie centrale) ainsi que les volumes d’irrigation extraits de son aquifère surexploité. L’approche adoptée combine l’expérimentation, la modélisation et l’utilisation de données de télédétection multi-capteurs / multi-résolutions. Les deux types d’outils utilisés sont le modèle de bilan hydrique SAMIR et le modèle de bilan d’énergie SPARSE. Les variables estimées par SAMIR et SPARSE sont évaluées à l’aide des mesures terrain (mesures d’un scintillomètre XLAS) et des enquêtes de terrain (volumes d’irrigation observés). Les volumes d’irrigation saisonniers estimés par SAMIR sont acceptables, même si les résultats à des échelles de temps plus fines (mensuelles) doivent être améliorés. Ainsi, les paramètres de SAMIR, en particulier les paramètres non calibrés, sont revisités afin d’améliorer les performances de simulation de l’ET et des volumes d’irrigation. Les estimations des flux de chaleur sensible et latente par SPARSE sont en étroit accord avec celles obtenues à partir du XLAS. Cependant, l’extrapolation de l’évapotranspiration instantanée au pas de temps journalier est moins évidente.

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale

Page publiée le 18 décembre 2018, mise à jour le 29 novembre 2019