Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Maroc → Master → Lutte biologique contre les pourritures verte et bleue des agrumes au moyen des bactéries halophiles

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès (2018)

Lutte biologique contre les pourritures verte et bleue des agrumes au moyen des bactéries halophiles

ADADI Hasnae

Titre : Lutte biologique contre les pourritures verte et bleue des agrumes au moyen des bactéries halophiles

Auteur : ADADI Hasnae

Etablissement de soutenance : Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Fès

Grade : Master Sciences et Techniques Gestion et Conservation de la Biodiversité 2018

Résumé
Les pourritures verte et bleu des agrumes engendrées respectivement par Penicillium digitatum et Penicillium italicum, constituent un problème majeur pendant le stockage de ces fruits. Pour cette raison nous nous sommes fixés comme objectif, la contribution à l’élaboration d’une stratégie de lutte biologique contre ces maladies de post-récolte provoquées par ces deux champignons au moyen des bactéries antagonistes halophiles. Dans ce contexte, des essais de confrontation directe (in vitro), par voie volatile ainsi que via le surnageant bactérien, entre ces deux champignons et des bactéries isolées à partir de différents écosystèmes salins (la mer morte, la mer d’Agadir, la mer de Rabat, le sol et l’eau salins d’Amassine (Taounate) ont été effectués. Par ailleurs, des tests in vivo sur fruits de la variété Valencia Late (Citrus sinensis), directs et via le filtrat bactérien ont été également réalisés. Ces tests révèlent que pour la confrontation directe, sur les 21 bactéries testées, 19 étaient capables de réduire la croissance des deux champignons à un taux supérieur à 50%. Le taux d’inhibition le plus élevé (90%) est obtenu avec l’isolat EAM1 vis à vis de P. digitatum suivi de l’isolat ER2 (89%) vis à vis de Penicillium italicum. Le test de confrontation via le surnageant bactérien a révélé que six isolats bactériens ont réduit la croissance de P. digitatum, et trois seulement qui ont été capables de réduire le développement de P italicum. Quant au test par voie volatil, peu d’isolats bactériens ont été capables d’inhiber la croissance de ces deux champignons ; quatre vis à vis de P. italicum et un seul vis à vis de P. digitatum. Les résultats du criblage des bactéries antagonistes in vivo (directe) ont révélé, après dix jours d’incubation, que parmi les 3 isolats hautement efficaces sur P. digitatum (sévérité nulle), deux ont monté aussi une sévérité nulle de P. italicum. La confrontation en utilisant les filtrats bactériens a montré que la sévérité était plus importante dépassant 50% pour tous les isolats vis à vis du champignon causal de la pourriture verte (P. digitatum), alors qu’elle est inférieure à 50% pour les surnageants des 2 isolats appliqués contre Penicillium italicum. Une étude macroscopique et microscopique a été réalisée afin de caractériser les différents isolats antagonistes. Ainsi l’inhibition de la croissance de ces deux champignons par les bactéries peut être due à une production de plusieurs substances et enzymes lytiques. En effet la production de HCN et des enzymes (cellulase, protéase et amylase) a été révélée respectivement chez 20%, 50%, 90% et 80% des isolats. Ainsi l’extraction de l’ADN a été faite pour identifier les isolats bactériens antagonistes.

Mots clés : bactéries halophiles antagonistes, lutte biologique, Penicillium digitatum, Penicillium italicum

Présentation

Page publiée le 3 mars 2019