Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Zimbabwe → De l’eau potable et des latrines dans les villages et les écoles (Zimbabwe)

2018

De l’eau potable et des latrines dans les villages et les écoles (Zimbabwe)

Zimbabwe

Entraide Protestante Suisse (EPER)

Titre : De l’eau potable et des latrines dans les villages et les écoles (Zimbabwe)

Pays : Zimbabwe

Localisation : province du Mashonaland Est, district de Mutoko

Date : 2018

N° de projet EPER : 768.389

Contexte
La région du projet de l’EPER se situe au sud du Zimbabwe, à la frontière avec l’Afrique du Sud et le Botswana. Cette province se caractérise par une savane ondulante et pauvre en arbres. La saison des pluies est courte, faisant de la pénurie d’eau un problème de taille pour les personnes qui vivent de l’agriculture et de l’élevage de bétail. Ce projet veut faire en sorte que les villages et les écoles disposent d’un approvisionnement en eau potable suffisant pour leur usage domestique.

Objectifs
L’objectif est d’améliorer l’accès à l’eau portable et aux installations sanitaires ainsi que les conditions d’hygiène

Bénéficiaires  : Ce projet s’adresse à 24 475 personnes dans 28 villages et à 6728 élèves dans dix écoles. En tant que responsables de l’approvisionnement en eau, les femmes et les enfants sont les principaux bénéficiaires.

Activités
En collaboration avec son organisation partenaire Moriti oa Sechaba, l’EPER améliore l’alimentation en eau potable dans le district de Matobo. Le partenaire réalise 16 forages pour creuser de nouveaux puits et répare 30 puits défectueux. Moriti oa Sechaba installe neuf gros réservoirs dans neuf écoles afin de récupérer l’eau de pluie et d’approvisionner les élèves et le personnel enseignant en eau potable. Nonante toilettes sont construites dans neuf écoles qui disposent de trop peu de latrines par rapport au nombre d’élèves. Grâce aux réservoirs d’eau, les élèves et le personnel enseignant peuvent se laver les mains avant de manger et après avoir été aux toilettes. Ils utilisent des cendres ou du savon, selon les possibilités. Quatrecent-cinquante latrines domestiques ont été bâties avec l’aide des bénéficiaires pour que les familles améliorent également leur hygiène. Les bénéficiaires sont responsables de la gestion et de l’entretien des systèmes d’alimentation en eau ainsi que des toilettes. A cette fin, les collaboratrices et collaborateurs du projet forment un comité pour l’eau pour chaque puit composé de cinq à sept membres. Soixante-six mécaniciens sont formés pour entretenir les pompes manuelles. Celles-ci sont équipées d’outils afin qu’ils soient en mesure de réparer eux-mêmes les puits à l’avenir. Les comités de l’eau gèrent les systèmes d’alimentation et collectent un franc par ménage et par mois pour financer les futures réparations

Partenaires  : Moriti oa Sechaba.

Budget 2018 : CHF 121 000.

Présentation : HEKS/EPER

Page publiée le 29 juin 2019