Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2018 → Projet de récupération des terres dégradées en milieu pastoral - Burkina Faso

2018

Projet de récupération des terres dégradées en milieu pastoral - Burkina Faso

Burkina Faso

Titre : Projet de récupération des terres dégradées en milieu pastoral - Burkina Faso

Pays : Burkina Faso

Code projet : BKF/024

Période d’exécution : Mai 2018 - Mai 2022 (48 mois)

Contexte
Le projet BKF/024 s’inscrit en cohérence avec les orientations prioritaires du 3ème Programme indicatif de coopération (PIC) entre le Burkina Faso et le Luxembourg qui identifie la gestion durable des ressources naturelles comme un secteur de concentration. Dans la continuité des appuis du PIC II, il vise à réduire la vulnérabilité des acteurs de l’élevage aux chocs climatiques, et aux réduction et fragmentation des espaces de pâturage par la mise en œuvre d’activités de restauration des ressources pastorales. La mise à l’échelle des actions de restauration, dans une logique assurant la gestion de la mobilité des troupeaux, est une des conditions de leur durabilité. De même, leur valorisation par les femmes et les plus pauvres est un facteur à promouvoir. Enfin, le marché carbone offre une opportunité d’assurer une pérennisation de la conservation et préservation des terres récupérées sur le moyen à long terme.

Présentation
L’objectif spécifique du projet s’aligne sur l’objectif stratégique du programme budgétaire 081 du Ministère des Ressources animales et halieutiques (MRAH). Ce programme vise à « créer un environnement sécurisé et favorable à une production durable » et les deux résultats du projet sont alignés sur les actions 1 et 2 de ce programme : R1 « Des espaces pastoraux sécurisés sont créés » ; R2 « Les espaces pastoraux créés sont opérationnalisés ».
Le projet prévoit ainsi la restauration et la sécurisation, via l’élaboration de 15 chartes foncières, de 10 800 hectares (ha) d’espaces pastoraux venant s’ajouter aux 8 500 ha de la phase antérieure, le balisage de 60 kilomètres de pistes à bétail et aires de repos, la création de 10 points d’eau, la valorisation des sites restaurés par la fauche et conservation du foin, le développement d’activités génératrices de revenus liées au petit élevage et à la vente de crédits carbone.
Les effets attendus sont l’augmentation des espaces pastoraux fonctionnels, la sécurisation des activités pastorales et la réduction des conflits entre agriculteurs et éleveurs, une représentativité améliorée des femmes dans les instances locales, l’allongement de la durée d’alimentation du bétail dans les terroirs villageois et l’amélioration de la couverture des besoins alimentaires du bétail, ainsi que l’amélioration des revenus des femmes et des pauvres pour les activités promues.
Le projet interviendra dans sept provinces des régions du Sahel, du Nord et du Centre Nord, sur un total de 22 communes. Les bénéficiaires directs et principaux acteurs sont les éleveurs et agropasteurs, les populations ayant droit à des espaces pastoraux restaurés, avec une attention particulière pour les femmes, les jeunes et les personnes pauvres, les collectivités territoriales et leurs commissions foncières, le MRAH et le Ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, les ONG et associations de développement contractualisées.
Le contexte sécuritaire de la région et l’impact des changements climatiques sur les ressources pastorales constituent les principales menaces à la mise en œuvre du projet dont le démarrage est prévu au deuxième semestre 2018.

Contribution de la Coopération luxembourgeoise : 5 000 000 EUR
Contribution Nationale  : 331 730 EUR

Budget total : 5 331 730 EUR

Présentation (Lux Dev)

Page publiée le 10 juillet 2019