Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → Diagnostic agropastoral et transition agroécologique de la zone cotonnière du Bénin : Cas de la mécanisation et motorisation dans trois terroirs villageois des régions de l’Alibori, Borgou et Collines

ISTOM Angers (2018)

Diagnostic agropastoral et transition agroécologique de la zone cotonnière du Bénin : Cas de la mécanisation et motorisation dans trois terroirs villageois des régions de l’Alibori, Borgou et Collines

Koch Loïc

Titre : Diagnostic agropastoral et transition agroécologique de la zone cotonnière du Bénin : Cas de la mécanisation et motorisation dans trois terroirs villageois des régions de l’Alibori, Borgou et Collines

Auteur : Koch Loïc

Etablissement de soutenance : ISTOM Angers (Ecole supérieure d’agro-développement international)

Grade : Mémoire de fin d’études : ISTOM 2018

Résumé
Au Bénin, l’agriculture occupe une place importante. Dans ce secteur, la filière coton est considérée comme un pilier en raison de sa présence importante et de son organisation. Cette culture garantit un revenu fixe à tous les producteurs en groupement. Elle permet aussi le développement d’infrastructure et l’investissement dans la mécanisation et les prestations de services. Le coton représente près de 60% de la filière industrielle. Elle est donc importante pour la société en termes d’emploi et de revenu. La zone cotonnière s’étend principalement des communes de Banikoara et Kandi jusqu’à celle de Savalou. L’intensification des productions est plus particulièrement présente dans le nord de la région d’Alibori où la culture de rente est le coton. Mais le prix de vente des productions est aussi très fluctuant, ce qui peut représenter un risque. Les principales contraintes de production que l’on retrouve sont la baisse de la fertilité des sols, la disponibilité en eau et en terre agricole ainsi que le changement climatique. D’un point de vue financier, les difficultés sont les coûts croissants des intrants et de MO1. Cependant comme les coûts de mise en place d’une culture de coton sont faibles en comparaison avec les autres cultures cela représente un avantage pour le développement de celle-ci (Blein R. et al., 2008). Même si celle-ci est une forte consommatrice d’intrants et de travail du sol. Une pratique culturale incontournable actuellement au Benin. (Wennink B. et al., 2013). La volonté d’intensifier les productions créé une pression de plus en plus importante sur la fertilité des sols. C’est à cet effet que le gouvernement a créé des projets tel que celui de TAZCO2 dans lequel j’ai réalisé mon étude. Ce projet a pour objectif de promouvoir la transition agroécologique au sein de la zone cotonnière à travers différentes pratiques. Afin de mieux comprendre les pratiques actuelles, les contraintes du terrain et les stratégies des producteurs, le projet TAZCO a mis en place un diagnostic agropastoral. Ce diagnostic se veut être un outil de compréhension et d’analyse du milieu humain et physique de cinq principales communes (Banikoara, Kandi, Ouassa Pehunco, Parakou et Savalou) à travers le Bénin. Ces cinq communes sont situées entre le nord et le sud de la zone cotonnière dans les départements de l’Alibori, l’Atakora, Borgou et Les Collines afin de permettre une compréhension générale de cette zone et une meilleure diffusion des innovations agroécologiques. Chacune de ces communes possèdent deux villages pilotes pour le projet et les expérimentations. L’étude par la typologie des exploitations agricoles réalisée sur les villages d’Angaradébou (Kandi), Komiguéa (Parakou) et Damé (Savalou) vient compléter ce diagnostic. Celle-ci est couplée à une analyse des atouts et contraintes pour une mécanisation/motorisation. Cette typologie permet de comprendre l’état de mécanisation à travers cette zone afin de favoriser une meilleure intégration et une utilisation durable de celle-ci. Ce diagnostic agropastoral s’inspire des concepts du système agraire (Jouve P. et Tallec M., 1994) ainsi que du système productif (Badouin R., 1987). La méthodologie utilisée est une typologie des exploitations agricoles avec une approche qualitative et quantitative sur trois terroirs. Les résultats de ces typologies mettent en évidence des différences entre les producteurs. Des pistes de mécanisation/motorisation durable sont proposées avec du matériel adapté pour les opérations les plus consommatrices en MO en fonction du terroir, des machines déjà présentes, de la superficie totale emblavée et de coton et de la disponibilité en MO familiale. Des suggestions sont faites pour une meilleure intégration du matériel afin de le gérer collectivement. Ces recommandations doivent permettre une meilleure diffusion de la mécanisation/motorisation auprès des acteurs du projet ainsi que des acteurs locaux.

Mots Clés : Transition agroécologique, Mécanisation, Diagnostic agropastoral, Zone cotonnière, Benin

Présentation (Agritrop/CIRAD)

Page publiée le 9 octobre 2019