Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Maroc → 2015 → Adduction d’eau potable à Ighir N’Touna (Maroc)

2015

Adduction d’eau potable à Ighir N’Touna (Maroc)

Maroc

Titre : Adduction d’eau potable à Ighir N’Touna (Maroc)

Pays : Maroc
Localisation : Village Ighir N’Touna Commune rurale Azaghar N’irs Province de Taroudant, Anti-Atlas

Date : 2015

Contexte
Le douar d’Ighir N’Touna regroupe une population comprise entre 250 habitants en période hivernale, répartis en une trentaine de foyers, et 500 habitants en pointe. Ce douar est rattaché à la Commune rurale d’Azaghar N’Irs et possède des terres en limite du douar d’Azerfnine localisé à 3 km au Nord, d’où les familles d’Ighir N’Touna ont migré dans des temps anciens pour une cause méconnue. Il en résulte des liens familiaux restés forts entre ces deux communautés. Jusqu’à une période récente, le village d’Ighir N’Touna s’alimentait en eau à partir de citernes pluviales « matfiates » localisées tant au sein du douar que dans ses alentours. La sécheresse des années 2000 a rendu cette ressource nettement insuffisante. Dans un premier temps, une alimentation par le douar voisin Tasgount (à environ 500m à l’Est) a été envisagée ; un réseau de distribution individuelle a même été réalisé en 1999, mais l’alimentation de ce réseau par le village voisin n’a pu aboutir. Actuellement, la pénurie d’eau au sein du village est compensée par la corvée d’eau des femmes et des filles qui vont puiser une eau de qualité médiocre dans des matfiates de plus en plus éloignées du village et une eau de très bonne qualité à l’Ouest immédiat du village d’Azerfnine où les villageois d’Ighir N’irs ont conservé leurs droits d’eau ancestraux qui leur permettent de partager en parts égales avec la population d’Azerfnine les apports abondants d’une source permanente. Mais cette source est localisée à plus de 3 km de leurs habitations

Description
Le projet consiste à pomper l’eau dans un forage localisé à 3 km à proximité du village d’Azerfnine, pour remplir un réservoir de mise en charge à partir duquel on alimentera gravitairement un réseau de distribution au sein du village. Une vanne à flotteur à l’entrée du réservoir de mise en charge maintiendra la conduite en charge pour éviter les « coups de bélier » lors des redémarrages. Un petit réservoir de régulation au dessus du forage permettra de gérer les automatismes de démarrage et d’arrêt du pompage. L’alimentation en 220 V se fait depuis le réseau BT ONEP à 100 m du forage. Le forage est équipé et sera coiffé d’un local technique. La conduite (3km) sera en PEHD 16 bars, DN 50 ; équipée de 4 ventouses sur des points hauts et de 5 vannes de purge sur les points bas. Elle sera enterrée dans le terrain meuble et protégée par un cavalier de pierres sèches dans les tronçons « au rocher ». Toutes les vannes et ventouses sont disposées dans 9 regards en béton. Pour le franchissement d’un lit d’oued sujet à crues, la conduite sera suspendue à un câble. Le réservoir de régulation (4 m3) et le réservoir de mise en charge (25 m3) sont construits par une entreprise locale compétente. Les travaux de creusement des tranchées, de fouilles des réservoirs d’enfouissement des câbles électriques et de la conduite PEHD sont effectués par les villageois. Les travaux électriques seront réalisés par un villageois compétent dans ce domaine. SES a mis au point avec l’aide d’ESF un dispositif de gestion des automatismes. SES fournit certains composants : transformateur, relais.

Partenaire local : Association villageoise AMALOU

Coût global du projet : 32 500 € (Rotary de Casablanca : 18 000€ Villageois : 5 600€ Main d’œuvre villageoise : 8 900€)

Solidarité Eau Sud

Page publiée le 13 juin 2019