Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Sénégal → Etat des lieux de l’agriculture biologique au Sénégal : comparaison des pratiques agro écologiques des cultures maraîchères.

Université Cheikh Anta Diop (UCAD) 2018

Etat des lieux de l’agriculture biologique au Sénégal : comparaison des pratiques agro écologiques des cultures maraîchères.

Ba Aliou Abdoul

Titre : Etat des lieux de l’agriculture biologique au Sénégal : comparaison des pratiques agro écologiques des cultures maraîchères.

Auteur : Ba Aliou Abdoul

Etablissement de soutenance : Université Cheikh Anta Diop (UCAD)

Grade : Master 2 : Gestion durable des agro-écosystèmes horticoles (GeDaH) 2018

Résumé
L’agriculture sénégalaise, notamment le maraîchage contribue à la sécurité, à l’équilibre alimentaire et crée une source de revenus et d’emplois pour la population. Ce pendant face à l’insécurité liée à l’utilisation abusive des pesticides qui entrainent des conséquences néfastes sur les agro écosystèmes, une nouvelle type d’agriculture émerge dans le souci de préserver la santé de la population ainsi que l’environnement. Pour mieux connaître ce type d’agriculture dite biologiques ou Agriculture Saine et Durable (ASD), et de voir précisément les différences pratiques par rapport à l’agriculture conventionnelle, l’objectif de cette étude est de comparer les rendements entre l’agriculture biologique (AB) et l’agriculture conventionnelle (AC). L’étude a été menée dans la zone des Niayes à Yadé dans la commune de Keur Moussa, région de Thiès auprès des producteurs de la fédération WOOBIN. Des couples de parcelles sont suivies de manière agronomique, à travers deux spéculations le chou (Brassica oleracea) et la tomate (Lycopersicum esculentum) répartis comme suit : douze parcelles en AB et douze parcelles en AC de chou d’une part et six parcelles en AB et six parcelles AC de tomate d’autre part. Les résultats montrent que les pratiques en AB comme en AC sont en majorité semblable pour le chou avec des différences liées parfois à la fertilisation et au traitement phytosanitaire. Ce pendant les rendements des parcelles en AB ne présentent pas une différence significative par rapport aux rendements des parcelles en AC pour cette spéculation. Pour la tomate le rendement moyen en AC des parcelles est supérieur au rendement moyen en ASD. Les parcelles en AC de tomate bénéficient d’engrais et de pesticide chimique alors qu’en agriculture biologique le manque de fertilisation, de maitrise des ravageurs et surtout l’absence d’irrigation régulière des parcelles de tomates ont agi négativement sur les rendements obtenus et la différence entre les rendements en AB et en AC est significative.

Mots Clés : Agriculture saine et durable, Agriculture conventionnelle, Pratiques agricoles, Rendement

Présentation (Agritrop/CIRAD)

Page publiée le 17 mai 2020, mise à jour le 20 mai 2020