Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2011 → Hydrogéochimie du Fluor dans les Eaux Souterraines Algériennes du Sahara Septentrional Oriental. Cas des Nappes du Complexe Terminal

Université Mohamed Khider de Biskra (2011)

Hydrogéochimie du Fluor dans les Eaux Souterraines Algériennes du Sahara Septentrional Oriental. Cas des Nappes du Complexe Terminal

BOUCHAHM, NORA

Titre : Hydrogéochimie du Fluor dans les Eaux Souterraines Algériennes du Sahara Septentrional Oriental. Cas des Nappes du Complexe Terminal

Auteur : BOUCHAHM, NORA

Université de soutenance : Université Mohamed Khider de Biskra

Grade : Doctorat en sciences en Hydraulique 2011

Résumé
Dans la région du Sahara septentrional algérien, les habitants de la région orientale consomment des eaux souterraines provenant du complexe terminal dont la concentration en fluor est supérieure à la norme de 1,5 mg/l. La géologie, l’hydrogéologie et l’hydrodynamisme des eaux dans ces aquifères ont fait l’objet de diverses études. Notre travail de recherche concerne plus particulièrement l’hydrogéochimie du fluor dans les eaux souterraines de la région orientale du Sahara septentrional dans le but de cartographier les eaux souterraines fluorées ainsi que de comprendre l’origine et les conditions du transport du fluor dans ces eaux. La région d’étude appartient au secteur du Sahara septentrional, sous-secteur oriental, et qui englobe Ouargla, Ghardaïa, Touggourt, El Oued, Biskra et Hassi Messaoud. Le climat de la région est hyperaride. Les eaux souterraines du complexe terminal appartiennent au bassin post-paléozoïque sous bassin sédimentaire oriental de la Mya, du Bassin du Melrghir. Toutes les eaux convergent en direction de la région des chotts où l’on trouve les âges les plus élevés (> 40000 ans). Cela confirme que les eaux de la région des chotts sont les plus concentrées aussi en fluor. Les eaux les moins profondes dans la région de Touggourt et Ouargla sont les plus concentrées en fluor ce qui implique une influence du climat sur la teneur en sels de ces eaux. L’évaporation est un autre facteur important entraînant l’apparition de teneurs élevées en fluorure dans les eaux souterraines. Les teneurs en fluor sont plus élevées de la région à faciès sodique (en amont du sens de l’écoulement), dans le Sénonien, le Pontien et l’éocène. Les eaux à faciès calcique sont moins concentrées en fluor quand elles sont sous saturées en fluorine (Miopliocène à Ouargla et à Biskra). Les tests thermodynamiques ont montré que les concentrations en fluorure dépendent de l’état de saturation en fluorine, l’évolution des activités des éléments de l’équilibre dépend directement de l’équilibre des eaux avec la calcite, le gypse ou l’anhydrite, ainsi que la formation des complexes calciques. La présence des gypses dans les aquifères de la région d’étude freine l’augmentation des teneurs en fluor entre 2,3 et 3 mg/l selon la région et la nappe considérée. Le fluor véhiculé sous forme de complexe MgF+ existe en quantité significative dans les eaux souterraines de la région d’étude. Présentation

Version intégrale

Page publiée le 28 octobre 2019