Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → Le jardinier et le politique : analyse de l’agriculture urbaine en tant que pratique de développement local à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso

Université de Montréal (2016)

Le jardinier et le politique : analyse de l’agriculture urbaine en tant que pratique de développement local à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso

Tancrède, Olivier

Titre : Le jardinier et le politique : analyse de l’agriculture urbaine en tant que pratique de développement local à Bobo-Dioulasso, Burkina Faso

Auteur : Tancrède, Olivier

Université de soutenance : Université de Montréal

Grade : Maîtrise es sciences en Science Politique 2016

Résumé
Initialement une pratique de développement issue du « bas », répondant à des dynamiques de subsistance en milieu urbain, l’agriculture urbaine dans les États du « Sud » s’est récemment vue valorisée et développée par les acteurs du développement. Ayant pour objectif une réduction de la pauvreté et l’empowerment des populations qualifiées de vulnérables, les projets de développement d’agriculture urbaine s’insèrent dans un paradigme de développement « inclusif » prônant la participation de l’ensemble des franges de la société. Or, le cas de la ville de Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), où ont été réalisés, sous l’impulsion de la mairie, deux projets de développement d’agriculture urbaine, montrent que ces projets ne sont pas toujours couronnés de succès. Dans une démarche comparative, cette étude se penche sur les facteurs influençant le « succès/échec » des projets d’agriculture urbaine. L’utilisation d’une approche centrée sur les acteurs, où sont analysées les interactions entre les concepteurs/exécuteurs des projets et les bénéficiaires, nous permet de montrer qu’une différentiation en ce qui concerne l’imputabilité des concepteurs/exécuteurs envers les bénéficiaires a eu une influence marquante sur les résultats obtenus. Par ailleurs, nous expliquons que cette variation dans l’imputabilité a été rendue possible grâce aux relations de pouvoir asymétriques entre les concepteurs/exécuteurs des projets et les bénéficiaires. Ces concepteurs/exécuteurs avaient, ainsi, la possibilité d’articuler leur position privilégiée de manière imputable ou non imputable, selon leur volonté, influençant par le fait même les résultats obtenus

Mots Clés : Burkina Faso, Bobo-Dioulasso, développement inclusif, agriculture urbaine, imputabilité, relations de pouvoir

Présentation

Version intégrale (1,79 Mb)

Page publiée le 12 octobre 2019