Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2015 → Importance de la fusariose vasculaire du Pois (P isum sativum L.) dans l’ouest Algérien : pouvoir pathogène, races physiologiques et compatibilité végétative chez Fusarium oxysporum f.sp. pisi et essai de lutte biologique

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (2015)

Importance de la fusariose vasculaire du Pois (P isum sativum L.) dans l’ouest Algérien : pouvoir pathogène, races physiologiques et compatibilité végétative chez Fusarium oxysporum f.sp. pisi et essai de lutte biologique

Merzoug Aoumria

Titre : Importance de la fusariose vasculaire du Pois (P isum sativum L.) dans l’ouest Algérien : pouvoir pathogène, races physiologiques et compatibilité végétative chez Fusarium oxysporum f.sp. pisi et essai de lutte biologique

Auteur : Merzoug Aoumria

Université de soutenance : Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem

Grade : Docteur En Sciences Option : Protection des végétaux 2015

Résumé
Au champ, la culture de Pois subit l’attaque de beaucoup d’ennemis parmi lesquels, les maladies cryptogamiques qui constituent l’un des principaux facteurs de la diminution de la production. Les prospections effectuées sur plusieurs champs de Pois cultivés dans quatre zones agro climatiques différentes dans l’ouest algérien (plaines côtières, plaines intérieures, hauts plateaux et Sahara) à différents stades phénologique de la plante (stade plantule et floraison-formation de gousse),durant les compagnes agricoles (2007 à 2011), suivi par des analyses au laboratoire ont permis l’identification d’un grand nombre de maladies fongiques et leur répartition géographique. Parmi les plus pathogènes nous citons : Ascochytose, Pourriture racinaire et du collet, Flétrissement-Jaunissement, Oïdium (Erysiphe sp.), Mildiou (Peronospora pisi), nous notons aussi la présence de la graisse bactérienne (Pseudomonas syringae), de la Rouille (Uromyces pisi) et le Botrytis (Botrytis cinerea).L’analyse au laboratoire de la microflore rhizosphérique a montré la gamme de champignons suivants : Fusarium sp, Alternaria sp, Cladosporium sp, Epicoccum sp, Penicillium sp, Aspergillus sp, Pythium sp. Phoma sp, Phialophora sp, Helicomyces sp , Stemphylium sp, Gilmanila sp, Monilia sp, Rhizoctonia sp, Ascochyta pisi et une gamme de bactéries varié (Pseudomonas fluorescens /putida ,Pseudomonas aeruginosa ,Stenotrophomonas maltophilia, Xanthomonas sp., Erwinia sp.,Chryseobacterium meningoseptium, Enterobacter Cloacae , Chryseomonas luteola , Burkholderia cepacia , Photobacterium damsela , Serratia marcescens). L’étude comparative (quantitative et qualitative) des fréquences d’isolement, nous a permis de distingué des différences significatives. Ces résultats contribuent considérablement dans l’approfondissement des connaissances des interactions qui existent entre les agents de la microflore rhizosphérique et la plante de Pois. A partir des plantes présentant des symptômes visibles de jaunissement et de flétrissement, associer parfois à des pourriture de différents aspects , les isolements à partir du collet et des racines, nous ont permis de confirmer la présence de Fusarium oxysporum f.sp.pisi.les résultats de cette étude a révélé l’existence d’unevariabilité morphologique et pathogénique assez importante au sein de la population de Fusarium oxysporum f.sp.pisi, nous avons identifié l’existence des 4 races physiologiques (1,2,5 et 6) au niveau de l’ouest Algérien. L’étude de l’organisation de 21 isolats au sein de la forme spéciale pisi provenant d’origine géographique différente (l’ouest Algérien) et appartenant aux 4 races de FOP a révélé l’existence de 4 GCVs, ce qui témoigne de sa diversité génétique. L’essai de lutte biologique contre le FOP et FSP par l’utilisation des isolats autochtones non pathogènes de Fusarium oxysporum, a montré que ces derniers exercent une activité antagoniste "in vitro " par une compétition assez importante pour l’occupation de l’espace et "in vivo " par une réduction remarquable de l’indice de la maladie par l’induction de la résistance chez la plante de Pois. Ces résultats fournissent la preuve de l’activité antagoniste de F. oxysporum nonpathogène isolé à partir de la rhizosphère dans le contrôle du flétrissement vasculaire et de la fusariose de pied du Pois.

Présentation

Version intégrale (4,76 Mb)

Page publiée le 10 novembre 2019