Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → CARACTERISATION PHENOTYPIQUE DE LA POULE LOCALE (GALLUS GALLUS) DANS LE NORD-OUEST ALGERIEN. GENES MAJEURS ET THERMOTOLERANCE

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem (2017)

CARACTERISATION PHENOTYPIQUE DE LA POULE LOCALE (GALLUS GALLUS) DANS LE NORD-OUEST ALGERIEN. GENES MAJEURS ET THERMOTOLERANCE

DAHLOUM, Lahouari

Titre : CARACTERISATION PHENOTYPIQUE DE LA POULE LOCALE (GALLUS GALLUS) DANS LE NORD-OUEST ALGERIEN. GENES MAJEURS ET THERMOTOLERANCE

Auteur : DAHLOUM, Lahouari

Université de soutenance : Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem

Grade : DOCTORAT EN SCIENCES AGRONOMIQUES 2017

Résumé partiel
Cette étude consiste dans un premier temps à la caractérisation phénotypique des poulets locaux dans trois régions (Mostaganem, Mascara et Relizane) du Nord-Ouest algérien et établir des modèles pour la prédiction du poids vif (PV) du poulet à partir de certaines mensurations corporelles. Suite à ce travail d’inventaire, nous avons observé une grande variabilité phénotypique chez le poulet local. Pour la crête, le rouge foncé est la couleur dominante (77,8 %) suivie par le rouge clair, indiquant probablement une bonne fertilité chez les animaux de la zone d’étude. Les tarses blancs (40,9 %) et gris (31 %) sont plus fréquents que les tarses jaunes (15,4 %), noirs (8,05 %) ou verts (4,51 %). La couleur orange des yeux représente 81,7 % de l’effectif total tandis que le jaune et le marron montrent des fréquences beaucoup plus faibles (10,4 % et 7,9 %, respectivement). Des variations sont également observées pour la couleur des oreillons. Ceux-ci sont le plus fréquemment de couleur blanche (73,9 %). Les proportions des animaux porteurs des mutations, Cou nu (Na), Frisé (F), Ptilopodie (Pti), tête hupée (Cr), crête en rose (R) et crête en pois (P) sont respectivement 8,82 % ; 0,45 % ; 1,22 % ; 5,54 % ; 3,35 % et 4,7 %, soit des fréquences géniques respectivement égales à 0,045 ; 0,002 ; 0,006 ; 0,03 ; 0,017 et 0,024. Nous avons observé un dimorphisme sexuel très net (P<0,001) en faveur des mâles non seulement pour le PV mais également pour l’ensemble des mensurations corporelles. Les corrélations phénotypiques entre les paramètres morpho-pondéraux sont généralement voisines chez les deux sexes (entre -0,13 et 0,88 chez les mâles et entre -0,15 et 0,97 chez les femelles). L’Analyse en Composantes Principales (ACP) appliquée sur les matrices des corrélations des parties corporelles a permis, par ailleurs, de retenir trois composantes principales. Ces dernières expriment ensemble 71,6 % et 73,2 % de la variance totale, chez les mâles et les femelles, respectivement. Chez les mâles, la longueur de la patte explique toute seule 78,1 % de la variation du PV tandis que chez les femelles, la largeur du bréchet explique 97,2 % de la variation de celui-ci. La précision des modèle de prédiction est nettement améliorée lorsqu’on considère les composantes principales (R2 = 0,84 pour les mâles et R2 = 0,94 pour les femelles).

Mots clés : poule locale, caractérisation phénotypique, gènes majeurs, thermotolérance, thermographie infrarouge

Présentation -> http://e-biblio.univ-mosta.dz/handl...

Version intégrale (10,4 Mb)

Page publiée le 20 octobre 2019