Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2019 → Epuration des eaux usées par un système de marais artificiels : Approches et modélisation

Université des Sciences et de la Technologie d’Oran. Mohamed Boudiaf (2019)

Epuration des eaux usées par un système de marais artificiels : Approches et modélisation

BENDIDA Ali

Titre : Epuration des eaux usées par un système de marais artificiels : Approches et modélisation

Auteur :  : BENDIDA Ali,

Université de soutenance : Université des Sciences et de la Technologie d’Oran. Mohamed Boudiaf

Grade : Doctorat 2019

Résumé
Les résultats d’analyse des eaux usées charriées par Oued Béchar montrent l’existence d’une pollution organique et azotée. Les valeurs mesurées dépassent largement les normes algériennes de rejet, d’où la nécessité de mettre en place un système d’épuration qui s’adapte bien aux contraintes financières et aux conditions hydroclimatiques de la ville de Béchar. La présente étude s’inscrit, donc, dans le contexte d’une contribution à l’épuration des eaux usées de la ville de Béchar par un système de marrais artificiels à drainage vertical, constitués de matériaux naturels locaux, à savoir : le sable et deux plantes aquatiques (Typha. latifolia et Imperata. cylindrica). Le choix des plantes a été fait sur la base du climat et du sol, mais aussi de la végétation naturelle de la région d’étude. A cet effet, un dispositif expérimental a été réalisé. Il est constitué de trois bacs rectangulaires de 45 cm x35cm x30 cm, garnis d’un lit filtrant composé d’une couche de gravier 8/15 de 5 cm, surmonté de 5 cm de gravier 3/8 et de 10 cm de sable. Deux bacs sont plantés alors que le troisième bac témoin est non planté. Les caractérisations physico-chimiques du sable du grand erg occidental sont favorables à son utilisation comme filtre à sable lent très efficace en biofiltration. Les valeurs des principaux descripteurs de pollution des eaux usées (MES, DBO5, DCO, NTK, NH4 +), mesurés à la sortie du dispositif, confirment l’efficacité de ce système d’épuration. Le taux d’abattement de la pollution azotée passe de 63 % dans le filtre à sable témoin non planté à environ 80 % dans les filtres plantés pour NTK, et de 66% à 92% pour NH4 +. En ce qui concerne la pollution organique, le taux d’abattement passe de 88% à 98%. D’autre part, l’étude d’approche analytique, en vue d’une modélisation de la cinétique d’abattement de la pollution, a montré que la cinétique d’abattement de la DCO et de l’azote ammoniacal (NH4 +) semble bien corrélée au modèle d’ordre 1, dans les trois bacs, avec une variance expliquée (R2) variant entre 68% et 92%, alors que pour les autres polluants (DBO5, NTK et NO3
- ), la variance expliquée (R2) varie entre 23% et 57%, et par conséquence le modèle d’ordre 1 est inadapté. Enfin, on termine ce modeste travail par une conclusion générale, des recommandations et des perspectives de développement de ce système d’épuration dans le sud algérien où les matériaux naturels utilisés sont largement disponibles.

Mots clés :  : Eaux usées, Béchar, sud-ouest Algérie, sable, plantes, marrais artificiels, épuration, abattement, cinétique.

Présentation

Page publiée le 14 novembre 2019