Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → Les déterminants de l’adoption d’une technologie d’amélioration des systèmes de production en milieu rural tunisien : étude de cas : le gouvernorat du Kef

Université Paul Valéry de Montpellier, CIHEAM-IAMM (2018)

Les déterminants de l’adoption d’une technologie d’amélioration des systèmes de production en milieu rural tunisien : étude de cas : le gouvernorat du Kef

Boughanmi A.

Titre : Les déterminants de l’adoption d’une technologie d’amélioration des systèmes de production en milieu rural tunisien : étude de cas : le gouvernorat du Kef

Auteur : Boughanmi A.

Etablissement de soutenance : Université Paul Valéry de Montpellier, CIHEAM-IAMM - Co-accréditation

Grade : Master 2 Economie et management publics. Parcours : Ingénierie des Projets et des Politiques Publiques. 2018

Résumé
L’objectif visé par ce travail est d’identifier les facteurs susceptibles d’influencer la décision des agriculteurs tunisiens d’adopter ou pas une innovation technologique d’amélioration des systèmes de production : un hachoir pour les aliments et pour la valorisation des sous-produits agricoles. En se référant à un cadre théorique centré sur l’innovation et l’adoption des technologies en agriculture, notre hypothèse de recherche concerne l’influence des différents facteurs sur la probabilité de l’adoption de l’innovation. Un modèle économétrique adapté aux exigences du sujet de recherche a été utilisé en vue de confronter cette hypothèse à la réalité et d’identifier les déterminants des décisions d’adoption du hachoir. Un modèle Logit a permis de déterminer les variables explicatives de l’adoption ou de non-adoption du hachoir en plus de l’effet de chaque variable sur la probabilité de celle-ci. Avant de procéder à la régression logistique, nous avons recouru à une typologie des exploitations enquêtées afin de caractériser les différents groupes dans lesquels sont répartis les agriculteurs de notre échantillon. Cette analyse typologique a fourni trois groupes différents : (i) les grands agriculteurs ayant une autonomie mécanique, n’ont pas d’intérêt pour le hachoir, (ii) les petits agriculteurs dépendant du marché de location des machines mécaniques, sont à 50 % de futurs adoptants du hachoir. (iii) Le dernier groupe représente les agriculteurs ayant moins d’intérêt pour notre machine. Dans le modèle adopté, l’effet marginal de la variable accès aux crédits est de 0,242. Une augmentation de pourcentages des crédits agricoles de 1% augmente la probabilité d’adoption du hachoir dans l’échantillon de 24%. Les effets marginaux de toutes les autres variables de notre modèle Logit ont une tendance à la baisse chaque fois que l’on passe d’un niveau d’adoption plus bas à un autre plus important.

Mots-clés : ADOPTION DE L’INNOVATION ; COMPORTEMENT DES AGRICULTEURS ; CLASSIFICATION ; TAILLE DE L’EXPLOITATION AGRICOLE ; MODELE ECONOMETRIQUE ; MECANISATION ; OPUNTIA ; TUNISIE

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 27 septembre 2019