Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → Elaboration et évaluation de scénarios pour des systèmes agricoles plus résilients : cas de la plaine de Saïs (Maroc)

Université Paul Valéry de Montpellier, CIHEAM-IAMM (2018)

Elaboration et évaluation de scénarios pour des systèmes agricoles plus résilients : cas de la plaine de Saïs (Maroc)

Ricote-Gonzalez E.

Titre : Elaboration et évaluation de scénarios pour des systèmes agricoles plus résilients : cas de la plaine de Saïs (Maroc)

Auteur : Ricote-Gonzalez E.

Etablissement de soutenance : Université Paul Valéry de Montpellier, CIHEAM-IAMM - Co-accréditation

Grade : Master 2 Economie et management publics. Parcours : Ingénierie des Projets et des Politiques Publiques. 2018

Résumé
Le secteur agricole au Maroc représente actuellement 14% du Produit Intérieur Brut. Sa pérennité et le maintien de ses performances sont cruciaux pour l’économie du pays. Face aux impacts prévus des changements climatiques et de l’épuisement des ressources, le projet SEMIARID vise à étudier la résilience des exploitations agricoles dans la région méditerranéenne. Cette étude utilise des méthodes participatives et des outils tels que des cartes cognitives et des grilles d’évaluation pour caractériser des exploitations actuelles et futures et comparer les résiliences des exploitations. La résilience est la capacité d’un système à absorber un choc tout en se réorganisant pour garder la même structure et les mêmes fonctions. Seules les petites et moyennes exploitations ont été étudiées car majoritaires dans la région. Elles ont été classées en quatre types sur la base de la bibliographie et d’entretiens individuels i) les exploitations à dominance maraîchère avec une grande partie des surfaces irriguées, ii) les exploitations uniquement céréalières cultivées en bour (i.e. sans irrigation), iii), les exploitations traditionnelles cultivant des céréales, des légumineuses et du maraîchage presque complètement en bour et iv) les exploitations à dominance arboricole avec une partie des terres cultivées irriguées. Les exploitations futures décrites dans cette étude gardent des structures et des fonctions assez proches des exploitations actuelles. Toutes les exploitations se sont diversifiées pour faire face aux changements climatiques et à la diminution des ressources en eau souterraine. Les exploitations de type i) et iii) sont les plus résilientes, car leurs indicateurs présents et futurs varient peu.

Mots-clés : CHANGEMENT CLIMATIQUE ; RESILIENCE ; CLASSIFICATION ; EXPLOITATION AGRICOLE ; COMPORTEMENT DES AGRICULTEURS ; APPROCHE PARTICIPATIVE ; MAROC

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 8 octobre 2019