Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Master → 2016 → Importance des zones humides de la Macta (Nord-ouest algérien) pour l’avifaune aquatiques : Ecologie, Parasitologie et Distribution spatio-temporelle

Université 8 mai 1945 de Guelma (2016)

Importance des zones humides de la Macta (Nord-ouest algérien) pour l’avifaune aquatiques : Ecologie, Parasitologie et Distribution spatio-temporelle

BEGHDADI, Fatiha

Titre : Importance des zones humides de la Macta (Nord-ouest algérien) pour l’avifaune aquatiques : Ecologie, Parasitologie et Distribution spatio-temporelle

Auteur : BEGHDADI, Fatiha

Université de soutenance : Université 8 mai 1945 de Guelma

Grade : Master Sciences de la Nature et de la Vie 2016

Résumé
L’éco-complexe des zones humides de l’Ouest Algérien est composé de sept plans d’eau très spacieux, peu étudiés et recèlent une diversité biologique importante. Les travaux traitant des zones humides de l’Algérie occidentale sont peu nombreux, ceux étudiant l’avifaune aquatique sont méconnus et rares. Ce travail caractérise l’avifaune aquatique de la zone humide de la Macta avec une identification des principux parasites infestant ces oiseaux. Le plan d’eau de la Macta, connue sous l’appellation « Marais de la Macta » (35° 41’N 0° 10’E) reste une des plus intéressante zone à étudier. Il est considéré comme zone humide d’importance internationale, inscrit en 2001 dans la convention Ramsar. Il occupe une position stratégique en Algérie en couvrant une superficie de 44 500 ha. Il est limité au nord par la Méditerranée et au sud par les montagnes de Béni-chougrane. Cet écosystème est caractérisé par la présence d’eau presque pendant toute l’année, par une flore inféodée à ces milieux et à une faune très diversifiée. Cette étude pionnière sur l’avifaune a permis d’inventorier 39 espèces d’oiseaux d’eau appartenant à 12 familles. La famille la plus représentée est celle des Anatidés avec douze espèces. Le Flamant rose (Phoenicoptéridés) reste cependant l’espèce la plus représentée. Des coupes histo-pathologique et parasitologique ont été réalisées que les quarante-huit oiseaux d’eau trouvés morts sur les berges du plan d’eau. Il en ressort une présence de la congestion, de l’hémorragie et de la nécrose étendue sur tous les organes viscéraux. L’étude de la diversité de ces parasites a montré la présence de huit espèces de cestodes Cyclophyllidés, appartenant à trois familles (Hyménolépididae : Flamingolepis liguloïdes, Flamingolepis flamingo, Flamingolepis tengizi et phoenicolepis sp. Hymenolepis stellorae, Dilepididae : Eurycestus avoceti, Cladogynia phoeniconaiadis et Progynotaenidae : Gynandrota eniastammeri). Ces parasites sont à l’ origine de la mortalité de ces oiseaux et ceci est soutenu par la gamme des lésions histo-pathologiques observées et détectées. Ces endoparasites intestinaux sont également susceptibles d’être propagés par les oiseaux d’eau dans tous les milieux humides qu’ils peuvent fréquenter.

Présentation

Version intégrale (19,3 Mb)

Page publiée le 14 décembre 2019