Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2019 → Analyse génétique et écophysiologique de la tolérance à la sècheresse et au stress thermique chez le blé tendre (T. Aestivum L.)

Université Clermont Auvergne (2019)

Analyse génétique et écophysiologique de la tolérance à la sècheresse et au stress thermique chez le blé tendre (T. Aestivum L.)

Touzy, Gaëtan

Titre : Analyse génétique et écophysiologique de la tolérance à la sècheresse et au stress thermique chez le blé tendre (T. Aestivum L.)

Genetic and ecophysiological analyses of tolerance to drought and high temperature in bread wheat (Triticum aestivum L.)

Auteur : Touzy, Gaëtan

Etablissement de soutenance : Université Clermont Auvergne.

Grade : Doctorat : Biologie Végétale : Clermont Auvergne : 2019

Résumé
Dans un contexte de changement climatique, la caractérisation des variétés de blé tendre en réponse à des évènements de sécheresse et de stress thermique est un des défis de l’agriculture. Cette thèse, issue d’un partenariat -public entre Arvalis-Institut du Végétal, Biogemma et l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), avait pour but de développer des connaissances et des outils nécessaires à l’identification de variétés tolérantes à la sécheresse et au stress thermique et à la création de variétés répondant à cette exigence. Pour ce faire, nous avons analysé un panel de 220 variétés commerciales, génotypées avec 280K SNP et testées dans 35 environnements variés (combinaison d’année, lieu et régime hydrique), plus une expérimentation en conditions contrôlées où un stress thermique a été appliqué pendant le remplissage du grain. La complexité de l’étude de la tolérance à la sécheresse nous a conduit à présenter cette thèse en séparant, dans un premier temps, l’étude des stress hydriques et thermiques, puis de prospecter une méthode d’analyse multi-stress. Nous avons montré que même si la sélection a amélioré la performance des variétés en condition hydrique optimale, le progrès génétique doit être accéléré et mieux réparti en fonction des différents types de stress. Nous proposons pour cela plusieurs déterminants génétiques qui pourraient permettre un gain dans des environnements stressants. Nos résultats et méthodes sont discutés au regard des besoins en préconisation et amélioration variétale. Des pistes de recherche complémentaires et des améliorations ont aussi été suggérées.

Mots Clés : Triticum aestivum Effets du climat Analyse multi-stress Génétiques d’association Progrès génétique Stress hydrique et thermique

Présentation (SUDOC)

Page publiée le 17 octobre 2019