Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → Perception et compréhension de la dégradation des pâturages par les éleveurs nomades mongols. La mise en place de groupes de gestion des communs comme solution d’adaptation ?

AgroParisTech (2018)

Perception et compréhension de la dégradation des pâturages par les éleveurs nomades mongols. La mise en place de groupes de gestion des communs comme solution d’adaptation ?

Mardesic Ivana

Titre : Perception et compréhension de la dégradation des pâturages par les éleveurs nomades mongols. La mise en place de groupes de gestion des communs comme solution d’adaptation ?

Auteur : Mardesic Ivana

Etablissement de soutenance : AgroParisTech

Grade : M2 Agroécologie Société Territoire (AST) 2018

Résumé
Au début des années 1990, l’effondrement du système communiste en place depuis plus d’un demi siècle entraîne une dérégulation des activités de l’élevage auparavant entièrement planifiées par l’état, un agrandissement des troupeaux, une diminution de la mobilité et un phénomène que certains identifient comme du surpâturage. En parallèle, la Mongolie subit le changement climatique et l’effet combiné des changements politiques, sociaux, économiques et environnementaux entraîne à l’échelle nationale une dégradation des pâturages. Face à ce constat, les agences de développement mettent en place au milieu des année 2000 des groupes de gestion des ressources naturelles, ou Pasture User Groups (PUG) afin de renforcer la capacité des éleveurs à s’organiser et gérer les pâturages qu’ils partagent. Aujourd’hui, alors que près de la moitié du pays est organisée en PUG et que les plus anciens ont été mis en place il y a plus d’une dizaine d’année, peu de recherches sont encore faites pour établir l’impact de ces PUG sur la gestion des pâturages et l’adaptation à leur dégradation. Nous nous proposons d’explorer ici par une approche comparative entre une région avec PUG et une région sans PUG l’impact de ces groupes sur la perception, la compréhension et l’adaptation des éleveurs à la dégradation des pâturages. Grâce à une méthode interdisciplinaire, nous établissons que contrairement à nos hypothèses, les PUG n’ont influencé ni la perception ni la compréhension de cette dégradation. En revanche, nous constatons que les éleveurs appartenant aux PUG sont plus susceptibles de s’y adapter et d’adopter un changement de gestion en vue de la réduire. Toutefois, nous montrons que malgré les efforts des PUG, les pâturages continuent à se dégrader.

Mots Clés : Pastoralisme — Mongolie — Pâturage — dégradation ; Systèmes agraires —

Présentation (AgroParisTech)

Page publiée le 6 octobre 2019