Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2019 → Fièvre et portage asymptomatique en zone rurale au Sénégal, étiologies et prévalence

Aix-Marseille Université (2019)

Fièvre et portage asymptomatique en zone rurale au Sénégal, étiologies et prévalence

Desjacques Anne-Lise

Titre : Fièvre et portage asymptomatique en zone rurale au Sénégal, étiologies et prévalence

Auteur : Desjacques Anne-Lise

Etablissement de soutenance : Aix-Marseille Université

Grade : D.E.S. de MÉDECINE GÉNÉRALE 2019

Résumé
Les pathologies infectieuses sont la première cause de mortalité au Sénégal et restent un problème majeur de santé publique en Afrique sub-saharienne. Le paludisme et les infections respiratoires en sont les principaux responsables. Néanmoins en zone rurale, l’identification des étiologies de fièvre reste inconstante, l’’accès à des tests diagnostiques étant limité. Récemment, le recours aux outils moléculaires dans les villages ruraux de Dielmo et Ndiop a permis d’identifier des pathogènes émergents potentiellement responsables de fièvre. En vue d’explorer les causes de fièvres au Sénégal et d’identifier des sujet réservoirs, notre étude a été menée sur une cohorte de 377 sujets fébriles et de 390 témoins asymptomatiques résidents dans les villages ruraux de Dielmo et Ndiop. Des prélèvements naso-pharyngés et sanguins ont été recueillis durant l’année 2016 en vue de rechercher 10 bactéries, 7 virus respiratoires et Plasmodium falciparum par biologie moléculaire Pour 43% des sujets fébriles, des micro-organismes étaient retrouvés dans le sang. La prévalence naso-pharyngée en pathogènes respiratoires était de 93%. H. influenzae et S. pneumoniae étaient les principaux agents infectieux retrouvés avec des prévalences respectives de 88% et 65%. Leur association était retrouvée chez 51% des patients fébriles, à la fois dans le sang et dans le naso-pharynx. Un portage asymptomatique a été mis en évidence chez 53% des témoins, tant pour les bactéries respiratoires que pour le Rhinovirus et le virus Influenzae A. La prévalence élevée des infections respiratoires souligne leur place majeure dans les causes de fièvre au Sénégal et incite à la promotion de campagnes vaccinales en zone rurale. La mise en évidence de porteurs sains pour l’ensemble des pathogènes respiratoires recherchés pourrait expliquer leur mécanisme de transmission, potentiellement à l’origine d’épidémies.

Présentation (DUMAS)

Version intégrale (1,64 Mb)

Page publiée le 4 octobre 2019