Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Approche géographique du risque d’arboviroses liées aux rongeurs : le cas du rat noir au Sénégal oriental

Université Paris Ouest Nanterre la Défense (2012)

Approche géographique du risque d’arboviroses liées aux rongeurs : le cas du rat noir au Sénégal oriental

LUCACCIONI Héloïse

Titre : Approche géographique du risque d’arboviroses liées aux rongeurs : le cas du rat noir au Sénégal oriental

Auteur : LUCACCIONI Héloïse

Etablissement de soutenance : Université Paris Ouest Nanterre la Défense

Grade : Master 2 Géographie, Santé, Territoires et Environnement 2012

Résumé
Les anthropozoonoses s’imposent comme un enjeu de santé publique majeur. Maladies des animaux transmissibles à l’homme, ces dernières ont marqué l’Histoire, souvent par de grandes épidémies, depuis la peste antique aux récents épisodes de grippe aviaire. La question des anthropozoonoses se pose aujourd’hui de manière forte face aux modifications des aires de répartition de certaines espèces potentiellement réservoir d’agents infectieux et face à la mise en relation accrue des espaces. Cependant, l’espace du risque ne saurait être confondu avec la seule aire de présence d’une espèce-réservoir de pathogènes. En effet, depuis la présence d’espèces-réservoir jusqu’à la manifestation de différents niveaux de contamination chez l’homme, le risque d’anthropozoonoses dépend des modalités de contact dans l’espace entre les différents maillons de la chaîne épidémiologique. Il est alors possible d’appréhender les territoires du risque comme une construction issue des modes de gestion et des pratiques socio-spatiales des sociétés. Au Sénégal oriental l’arrivée récente du rat noir, rongeur commensal hôte potentiel de plusieurs virus, au gré des dynamiques territoriales anthropiques, soulève des interrogations sur le risque d’émergence anthropozoonoses dans cette région peu développée. Dans ce contexte, il s’agit notamment de s’interroger sur la vulnérabilité des territoires au regard de la diffusion et de la propagation du rongeur d’une part, et de sa mise en contact avec l’homme d’autre part.

Présentation (DUMAS)

Version intégrale (4,2 Mb)

Page publiée le 6 octobre 2019