Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2001 → Protocole d’approche de la dégradation d’un habitat en terre crue : la concession du chef du village de Tiakané (Burkina Faso)

Université Panthéon-Sorbonne (2001)

Protocole d’approche de la dégradation d’un habitat en terre crue : la concession du chef du village de Tiakané (Burkina Faso)

Badey Sylvain

Titre : Protocole d’approche de la dégradation d’un habitat en terre crue : la concession du chef du village de Tiakané (Burkina Faso)

Auteur : Badey Sylvain

Etablissement de soutenance : Université Panthéon-Sorbonne

Grade : Maîtrise 2001

Résumé partiel
Ce mémoire de Maîtrise a été rédigé grâce à l’étude expérimentale que nous avons menée au début de l’année 2001 dans le cadre d’une mission de terrain pour l’élaboration d’une maîtrise intitulée « protocole d’approche de la dégradation d’un habitat en terre crue : la concession du chef de Tiakané, Burkina Faso ». Cette étude concernait un habitat fortifié semi-souterrain remontant à la fin du XIXe siècle selon une source écrite : le « carnet de route » de l’explorateur français Binger qui a séjourné en 1888 dans la concession du chef. L’ensemble est construit selon la technique du façonnage direct qui consiste à bâtir des élévations en plusieurs assises constituées de boules de terre de gros diamètre ; les assises, que l’on laisse sécher avant d’en dresser d’autres, se chevauchent et s’emboîtent pour donner une meilleure stabilité au matériau. Les parois ne sont généralement peu ou pas porteuses. Cette unité d’habitation ayant évolué depuis au moins un siècle sur le même emplacement connaissait alors un abandon presque complet depuis quatre ans - décès du dernier chef et abandon de celle-ci par les 19 femmes y habitant, parties dans leurs familles respectives. a) Questions de départ : Cette étude avait pour but d’établir un protocole permettant d’aborder d’un point de vue archéologique (logique et chronologique) et à plusieurs échelles (depuis le matériau de construction jusqu’à l’organisation spatiale de cet habitat) la dégradation de cet ensemble architectural. Pour nous orienter nous nous sommes posé plusieurs questions : - Quels sont les cadres environnementaux, physiques et techniques, dans lesquels cet habitat s’inscrit et qui agissent sur son évolution ? - Quels sont les agents et facteurs qui favorisent - ou au contraire ralentissent - la détérioration des murs en terre crue ? - Enfin, la dégradation répond-t-elle à un (ou des) processus définissable(s) ? b) Déroulement de l’étude L’essentiel du travail de terrain a été de collecter sources et données sur place ; ainsi ont été effectués : - une série d’enquêtes orales concernant les modes de construction, les formes d’entretien et de réparation ainsi que la perception de la dégradation par les habitants du village de Tiakané. - Plusieurs relevés (archéologique, topographique et photographique) de l’ensemble de l’habitat comme de certains détails. - des descriptions en l’état, du sol au toit, de l’intérieur et de l’extérieur, de 4 pièces montées en banco traditionnel . - des analyses géotechniques comparant le matériau avant utilisation (aux abords d’une fosse d’extraction) et celui utilisés dans les murs qui nous ont permis d’aborder les caractéristiques physiques du matériau terre avant même son extraction et jusqu’à sa déposition. c) Résultats et interprétations L’étude a été faite en deux parties : - La première a servi à définir les cadres de la dégradation, c’est à dire qu’elle se présentait comme une approche des facteurs indirects de la dégradation qui existent avant même que l’habitat soit fonctionnel. Le milieu joue un rôle important parce que, d’une part il fournit les matériaux et substances nécessaire à la construction et d’autre part il influe sur l’état de l’habitat et son érosion du jour depuis le premier jour de sa construction jusqu’à sa déposition. Le matériau, à travers le choix du lieu d’extraction puis son utilisation (préparation et montage des murs), a une influence primordiale sur la résistance que l’habitation va pouvoir opposer aux intempéries et aux attaques extérieures.

Présentation (DUMAS)

Version intégrale (42,3 Mb)

Page publiée le 19 novembre 2019