Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → Thèses en préparation → 2018 → Pour une agriculture durable à faibles intrants : étude de la fonction d’exsudation racinaire chez le blé dur en tant que processus impliqué dans les interactions plantes-rhizobactéries bénéfiques

Montpellier SupAgro (2018)

Pour une agriculture durable à faibles intrants : étude de la fonction d’exsudation racinaire chez le blé dur en tant que processus impliqué dans les interactions plantes-rhizobactéries bénéfiques

Zhour Houssein

Titre : Pour une agriculture durable à faibles intrants : étude de la fonction d’exsudation racinaire chez le blé dur en tant que processus impliqué dans les interactions plantes-rhizobactéries bénéfiques

Auteur : Zhour Houssein

Université : Montpellier SupAgro

Discipline : Génétique et amélioration des plantes

Sous la direction de : Hervé Sentenac et de Ali Chokr.

Résumé
Les bactéries rhizosphériques appelées génériquement PGPR favorisent la croissance des plantes ("Plant Growth Promoting Rhizobacteria"). Nous nous intéressons aux PGPR diazotrophes capables d’interagir avec le le blé dur, une espèce d’importance majeure dans le bassin méditerranéen. Nous proposons de conduire un projet de thèse pluridisciplinaire visant à préciser le rôle des exsudats racinaires et des sécrétions bactériennes dans les processus de signalisation chimique et les relations trophiques entre le système racinaire et les bactéries. Le projet comprend (i) l’isolement, la caractérisation moléculaire et biochimique de diazotrophes provenant de différents sols allant du croissant fertile à l’Europe occidentale, (ii) l’analyse quantitative de la capacité d’exsudation racinaire et la caractérisation chimique des exsudats racinaires et bactériens, et (iii) l’effet des souches bactériennes sélectionnées sur l’exsudation racinaire et la croissance des plantes sous contraintes abiotiques (stress salin et/ou hydrique). Un objectif majeur sera de comparer l’exsudation chez une série de sous-espèces ancestrales, des variétés anciennes et des cultivars élites actuels résumant les grandes étapes de la domestication et de l’amélioration récente du blé dur, et d’ouvrir la voie à une analyse de type GWAS des déterminants moléculaires de la capacité d’interaction bénéfique de la plante avec des diazotrophes.

En préparation depuis le : 01-10-2018 .

Source : Theses.fr

Page publiée le 11 octobre 2019