Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → L’engagement écologique : des ressorts éthiques et spirituels comme sources de réflexions proactives. L’exemple de l’appropriation oasienne

Université Paris Sud Faculté Jean Monnet (2018)

L’engagement écologique : des ressorts éthiques et spirituels comme sources de réflexions proactives. L’exemple de l’appropriation oasienne

Nil Sara

Titre : L’engagement écologique : des ressorts éthiques et spirituels comme sources de réflexions proactives. L’exemple de l’appropriation oasienne

Auteur : Nil Sara

Université de soutenance : Université Paris Sud Faculté Jean Monnet

Grade : Master 2 Gouvernance de projets de développement durable au Sud 2018

Résumé
« Si tu n’as rien vu, tu ne sais rien » ces propos recueillis lors d’un entretien permettent d’entrevoir autrement la question environnementale. Apprendre et comprendre la nature sont deux paradigmes distincts qui marquent le nœud du problème écologique. La stricte conception rationnelle et scientifique de la nature n’est en rien comparable à la sensibilité qu’on lui accorde lorsqu’on la contemple et la ressent. Car approuver, rationnellement, ou légitimer, intrinsèquement, des comportements sont deux mécanismes distincts. Lorsque le raisonnement produit un contenu moral qui touche à des valeurs profondes, l’individu est de ce fait plus enclin à l’appropriation.
L’étude présentée tente d’apprécier des ressorts sensibles, éthiques et spirituels, dans leurs capacités à motiver un engouement écologique. L’oasis de Kenadsa, en Algérie, offre, de ce fait, un terrain d’étude d’autant plus intéressant qu’elle porte en elle toute une tradition éthique et culturelle qui s’est orientée vers des principes de résilience. La nature est perçue par le prisme d’une spiritualité qui la conçoit comme transcendantale.
Il s’agit alors de proposer une perspective plus métaphysique dans la promotion de stratégies d’engagement. D’un point de vue théorique, l’étude se base sur la dimension cognitive des raisonnements et le pouvoir de l’interprétation. Mais s’intéresse aussi à la prise en considération des impératifs contextuels dans l’orientation des rationalités et le rôle prépondérant des acteurs sociaux comme moteur de changement. Parallèlement, une analyse plus pratique et qualitative va fournir des indices de corrélation entre compétence critique, éthique et politique. Entre condition d’engagement et vrai discours politique, la philosophie écologique porte en elle les graines de raisonnements plus holistiques et de revendications sociales.

Mots clés : Ecologie, éthique environnementale, spiritualité, raisonnement, engagement, appropriation, résilience, comportement

Présentation

Page publiée le 9 octobre 2019