Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → Le jardin révélé : protection et pérennisation d’un patrimoine paysager - Ville de Tétouan (Maroc)

Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (2018)

Le jardin révélé : protection et pérennisation d’un patrimoine paysager - Ville de Tétouan (Maroc)

Manon, Jullien

Titre : Le jardin révélé : protection et pérennisation d’un patrimoine paysager - Ville de Tétouan (Maroc)

Auteur : Manon, Jullien

Etablissement de soutenance : Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville

Grade : Projet de fin d’Etude (PFE) 2018

Résumé
Recomposition d’un jardin, aujourd’hui d’une superficie d’environ 5 hectares dont la situation au cœur de Tétouan, entre médina et mer, lui donne la potentialité de poumon paysager très rares dans la ville. Ce site possède une âme résiliente. Sa valeur patrimoniale se lit par les ruines d’éléments secondaires autour de la villa centrale conservée. Sa singularité est renforcée par ses abords mouvants, non fixés, où se confrontent différentes échelles et donnent à lire l’évolution de l’emprise bâtie. La résistance du terrain est également prononcée par des murs aveugles massifs en attentes, évoquant aussi de la dureté au quotidien. Les limites sont à poser, à redéfinir, afin d’empêcher le grignotage informel et l’expansion du bâti par une pression foncière actuellement très forte. Il s’agit de revaloriser ce qui est déjà là, de l’améliorer, de qualifier, reconsidérer, pérenniser le peut-être historique, en souligner certaines traces et insuffler un futur en instaurant la nécessité de nouveaux usages, intégrant le site dans son époque. Le besoin d’aménagements en faveur des associations, ayant un rôle important dans les améliorations du cadre de vie, a toute sa place ici, par des structures aménagées extérieures et bâties relatives aux thématiques du sport et du jardin, se superposant aux limites aveugles brutales enfin adoucies. Entre abandon et l’inachèvement, il ne s’agit pas ici d’obtenir un jardin, un parc « fini » mais de laisser les possibles

Sujets : Tétouan (Maroc) ; Jardin ; Aménagement paysager

Présentation (ArchiRès)

Page publiée le 22 octobre 2019