Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2018 → S’inscrire dans l’horizon pour préserver le sol - Site de Dar Bricha

Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (2018)

S’inscrire dans l’horizon pour préserver le sol - Site de Dar Bricha

Fathi, Keyvan

Titre : S’inscrire dans l’horizon pour préserver le sol - Site de Dar Bricha

Auteur : Fathi, Keyvan

Etablissement de soutenance : Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville

Grade : Projet de fin d’Etude (PFE) 2018

Résumé
Ce projet de fin d’étude fait suite à une étude de territoire en groupe. Les accès au site de Dar Bricha sont retravaillés dans le cadre du projet, en recréant des cheminements et des traversées, franchir les différents niveaux de sol, ce site étant dans une position de pivot entre la ville constituée et l’oued, et entre l’est et l’ouest de la ville. Etant donnée la dualité du site (contrebas et plateau), deux opérations de logements complémentaires sont possibles pour concilier la densité humaine et la nature de la ville. Il s’agit de 55 logements pour 2 ha et 12 espaces d’activités. Les opérations de lotissement en cours sur le territoire étudié sont implantées sans prendre en compte les qualités paysagères et naturelles inscrites dans le site. La logique conceptuelle de cette opération vise à la rentabilité et à l’efficacité, mais a pour conséquence l’occupation et l’imperméabilisation complète du sol. L’idée est de proposer une forme d’implantation qui participe de la construction du territoire et de la liaison entre un espace urbanisé et un espace naturel, qui a le potentiel de devenir un parc, avec le minimum d’aménagements possibles. L’intervention se propose donc d’organiser ces cheminements, à travers un réseau de pistes dallées et des escaliers permettant de franchir la falaise. Le sol est laissé le plus libre, public, et poreux possible. Cette faible densité au sol est rendue possible par la destination des logements proposés : ils sont destinés à des habitants aux revenus aisés, pouvant acquérir un logement spacieux, ce qui permet de contrebalancer le luxe d’une faible emprise au sol. Quatre séries de trois tours sur socles s’élèvent dans le paysage et construisent un séquençage cinétique, faisant écho à l’émergence de la maison Bricha. Au pied de chaque tour, d’un côté se trouve un accès au parking dans la continuité du tissu bâti ; de l’autre côté, un accès depuis le parc dans une continuité de sol en s’inscrivant dans la pente. Le socle ainsi semi-enterré permet de jouer avec une hiérarchie des espaces : au-dessus du parking, un deuxième sol public est créé, où peuvent être implantés des espaces publics. Au-dessus de ce deuxième sol s’élèvent des appartements-villas, en majorité des duplex, qui reprennent la disposition traditionnelle des pièces du logis marocain. La typologie proposée conserve la spatialité d’une maison, mais mutualise les accès et propose des espaces communs : les logements sont distribués par un noyau commun intégré à la plus haute des tours du triptyque, afin de proposer des espaces de rencontres et d’échanges entre les habitants à l’extérieur des logements. Les niveaux supérieurs sont portés par une dalle de répartition sur laquelle est posée une trame régulière de 5x5m, qui permet d’offrir des vues à 360 degrés sur les paysages proches et lointains, pour chacun des logements dans chacune des tours

Sujets : Tétouan (Maroc) ; Morphologie urbaine ; Bâtiment d’habitation collectif ; Tour ; Rapport ville-campagne ; Rapport architecture-nature

Présentation (ArchiRès)

Page publiée le 22 octobre 2019