Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2019 → Taghazout, point d’ancrage : l’architecture conciliatrice entre l’homme et le paysage

École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais (2019)

Taghazout, point d’ancrage : l’architecture conciliatrice entre l’homme et le paysage

Haddioui, Jihane

Titre : Taghazout, point d’ancrage : l’architecture conciliatrice entre l’homme et le paysage

Auteur : Haddioui, Jihane

Etablissement de soutenance : École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais

Grade : Projet de fin d’Etude (PFE) 2019

Résumé
Le vivant c’est l’être humain, le citoyen d’une ville ou d’un « shelter ». Mais le vivant c’est aussi la matière qui se transforme, comme la particule de sable érodée puis transportée dans les mers, déposée sur la baie, cultivée dans nos outils et restituée dans l’édifice. Le vivant c’est tout ce que l’on voit et que l’on ne voit pas. C’est la culture du vivant, le savoir faire et l’expertise du vivant, adapté à nos mœurs, à notre environnement, et au centre de nous même. Ce projet questionne la transformation de Taghazout, village autonome de surf au sud du Maroc placé dans une dynamique d’urbanisation et de reconversion de sa frange littorale

Sujets : Taghazout (Maroc) ; Aménagement du littoral ; Station balnéaire

Présentation (ArchiRès)

Page publiée le 29 octobre 2019