Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2018 → Etude des effets associatifs de plantes fourragères des zones arides et de sous-produits issus de l’agronomie saharienne via la technique de production de gaz in vitro

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2018)

Etude des effets associatifs de plantes fourragères des zones arides et de sous-produits issus de l’agronomie saharienne via la technique de production de gaz in vitro

DEFFAIRI, Djamila

Titre : Etude des effets associatifs de plantes fourragères des zones arides et de sous-produits issus de l’agronomie saharienne via la technique de production de gaz in vitro

Auteur : DEFFAIRI, Djamila

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Docteur en Sciences Agronomiques (2018)

Résumé
Les fourrages sont fermentés seuls ou mélangés aux feuilles de palmier dans diverses combinaisons (0, 10, 20, 30, 40 et 50%), dans le liquide ruminal tamponné en utilisant des techniques in vitro de gaz. La production de gaz (mmole / g de MS) à 3, 6, 9, 24, 48 et 72 heures d’incubation a montré que les feuilles de palmier inclus abaisse la production de gaz lorsqu’il est associé à Aristida pungens (P <0,0001), alors que cet effet n’était pas significatif avec Astragalus gombiformis (P> 0,05). Il est conclu que les feuilles des palmiers dattiers peuvent être un complément alimentaire adapté pour les petits ruminants parcourant Aristida pungens et Astragalus gombiformis dans les régions arides. Nos résultats montrent également que les pourcentages des feuilles du palmier incorporées doivent être inférieurs à 20% et à des courtes durées afin de minimiser les effets des tanins. Le modèle de sandoval (2000) utilisé pour simuler la description du profil fermentaire de la production de gaz in vitro ne convient pas aux variétés caractéristiques des zones algériennes arides et semi arides alors que le modèle de la régression multiple utilisé Y = a + b (temps) + c(Pourcent) + d(%*t) a révélé une bonne régression linéaire pour les deux mélanges. Pour l’étude des plantes comme additif, la réduction de la production de gaz est enregistrée seulement suite à l’addition de Juniperus phoenicea. Cependant, la réduction de la production de méthane est observée pour les quatre plantes. La diminution la plus importante est notée pour Carduus pycnocephalus (22,19). Une réduction est également observée pour le nombre total de protozoaires et la production d’ammoniaque. Pour les mixtures, l’ajout du foin de vesce-avoine ou des grignons d’olives à la margine et aux différentes concentrations entraîne une diminution dans la dégradabilité de la Matière sèche. L’étude statistique a montré une bonne régression linéaire avec le paramètre temps qui joue un rôle très hautement significatif (p<0,001) pour les deux mélanges. La production du gaz diminue progressivement et hautement significative en fonction du temps avec le mélange margines grignons d’olive en comparaison avec le mélange margines foin de vesce avoine.

Présentation -> http://dspace.ensa.dz:8080/jspui/ha...

Version intégrale (4,0 Mb)

Page publiée le 8 novembre 2019