Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2018 → Biosystématique des Cicadelles et dynamique des populations d’Empoasca fabae, Harris (1841) (Homoptera : Cicadomorpha : Auchenorryncha) dans la région de Djelfa.

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2018)

Biosystématique des Cicadelles et dynamique des populations d’Empoasca fabae, Harris (1841) (Homoptera : Cicadomorpha : Auchenorryncha) dans la région de Djelfa.

BELATRA, Oumhani

Titre : Biosystématique des Cicadelles et dynamique des populations d’Empoasca fabae, Harris (1841) (Homoptera : Cicadomorpha : Auchenorryncha) dans la région de Djelfa.

Auteur : BELATRA, Oumhani

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat en sciences agronomiques 2018

Résumé
La diversité des cicadelles inféodées à la pomme de terre et une étude de la dynamique des populations de cicadelle verte de cicadelle verte Empoasca fabae (Harris) sur la même culture, a été réalisée sur les hauts plateaux d’Algérie (Djelfa) dans deux stations ( Maâlba et l’ITMAS), et sur deux années ( 2010- 2011). Trois méthodes d’échantillonnages, les assiettes jaunes, les plaques engluées et le contrôle visuel ont été appliquées. L’inventaire des cicadelles a révélé l’existence de 11 espèces, constituées principalement par : Agallia constricta, Agallia quadripunctata, Macrosteles fascifrons, Macrosteles borealis, Balclutha abdominalis, Psammotettix alienus, Amplicephalus osborni, Deltocephalus flavocostatus, Endria inimica, Typhlocyba pomaria et Empoasca fabae. Les facteurs climatiques représentés par les températures (35°C) influent sur l’évolution de la population d’Empoasca fabae (Harris). Par contre les facteurs climatiques représentés par les taux d’humidité (30%) n’a aucune influence. Nous remarquons une ponte avancée à Maâlba par rapport à l’ITMAS en 2010, avec le nombre maximal des oeufs sont enregistré à Maâlba avec 6 oeufs. Par contre en 2011 nous remarquons une ponte avancée à l’ITMAS par rapport à Maâlba dont le nombre maximal des oeufs sont enregistré à l’ITMAS avec 16 oeufs. Nous remarquons l’apparition des 5 stades larvaires à Maâlba et à l’ITMAS en 2010. Par contre en 2011 nous remarquons une apparition avancée des 5 stades larvaires à l’ITMAS par rapport à Maâlba. La sex-ratio dégage une importance numérique des femelles est plus marquée avec 2.38 en moyenne des femelles pour un mâle.

Présentation

Version intégrale (5,4 Mb)

Page publiée le 8 novembre 2019