Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Diversité phénotypique et génotypique des populations de mycosphaerella graminicola (=Zymoseptoria tritici) agent de la septoriose du blé en Algérie

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2017)

Diversité phénotypique et génotypique des populations de mycosphaerella graminicola (=Zymoseptoria tritici) agent de la septoriose du blé en Algérie

HARRAT, Wahiba

Titre : Diversité phénotypique et génotypique des populations de mycosphaerella graminicola (=Zymoseptoria tritici) agent de la septoriose du blé en Algérie

Auteur : HARRAT, Wahiba

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat en sciences agronomiques 2017

Résumé
La tache septorienne, Mycosphaerella graminicola (anamorphe Zymoseptoria tritici), agent causal de la maladie de la tache septorienne du blé peut engendrer des pertes de rendements considérables (35 à 60%) notamment en régions méditerranéenne. Au Maghreb, la septoriose est considérée comme la maladie du blé la plus importante, en Algérie elle est largement présente dans toutes les régions Nord du pays. Le présent travail est entrepris dans l’objectif d’évaluer la diversité phénotypique et génotypique du pathogène Z. tritici en Algérie. Principalement, la prévalence de la maladie ; l’agressivité des isolats ; la diversité morpho-culturale et génotypique à l’aide d’analyse de microsatellites (SSR), la détermination des deux mating types et la confirmation des résultats par la recherche et la caractérisation de la forme parfaite ; l’essai de différentes méthodes de lutte contre la septoriose : effet de la fertilisation azotée et potassique sur l’évolution de la maladie ainsi qu’une approche de lutte chimique et biologique contre l’agent pathogène. Les prospections réalisées entre 2010 et 2013 sur l’ensemble des régions céréalières montrent une large distribution de la maladie de la tache septorienne, le taux de présence de la maladie, sur l’ensemble des champs prospectés, est estimé à 59%. La présence et la sévérité de la maladie dans les régions subhumides sont particulièrement importantes où la sévérité de la maladie selon l’échelle « double digit » atteint 98 et 99. Les observations phénotypiques des colonies de Z. tritici sur milieu solide YMA, montrent une grande diversité de texture et de couleur. Les isolats de couleur rosâtre ont une texture crémeuse, présentent l’aspect le plus dominant. Les isolats de couleur sombre sont durs et compactes. L’agressivité des isolats de la région Est sur une gamme variétale diversifiée de 16 variétés (blé dur, blé tendre et triticale) révèle que (04) isolats se distinguent par leur virulence en fonction du nombre maximum de feuilles infectées et du taux de recouvrement pycnidial. Les variétés les plus sensibles sont HD 1220 et Waha. Tandis que les plus résistantes sont Ain abid, Colosseo et Simeto. En effet, 10 isolats sur 26 montrent une spécificité physiologique pour le blé tendre ou le blé dur. Neuf paires d’amorces microsatellite SSR (Simple Sequence Repeat) sont utilisées pour l’estimation de la variabilité génétique d’une population de M. graminicola constituée de 30 isolats issus de 27 champs de blé de l’Est algérien. Les résultats montrent l’existence d’un niveau très élevé de variabilité génétique de la population. 29 haplotypes différents sont obtenus. Les résultats de la multiplex-PCR pour la détermination des deux idiomorphes (Mat1-1 et Mat1-2) montrent l’existence des deux idiomorphes en proportion relativement égale au sein de la population étudiée. Cela est confirmé par la mise en évidence de la forme parfaite dans cette étude et sa première signalisation au niveau de la wilaya de Constantine (El khroub) et en Algérie. Les essais des méthodes de lutte révèlent des résultats intéressent pour l’établissement d’une stratégie de lutte intégrée. Un apport foliaire d’engrais potassique au stade 1 à 2 noeuds, minimise les pertes de rendement de 14%, en évitant l’extension de la maladie sur la dernière feuille. L’efficacité des matières actives antifongiques testées est prouvée, néanmoins il existe des isolats plus sensibles que d’autres. Un grand potentiel d’inhibition des agents antagonistes testés sur la croissance de Z. tritici particulièrement, de l’isolat Trichoderma asperelloides. Ce travail a permis la mise en évidence d’une importante diversité génétique des populations de Z. tritici algériennes. Une meilleure connaissance de l’agent pathogène, de la relation plante-pathogène et des différents moyens de lutte permettrait la mise en place d’une stratégie de lutte intégrée efficace contre la maladie de la tache septorienne du blé.

Présentation

Version intégrale (5,09 Mb)

Page publiée le 6 novembre 2019