Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Bioécologie des Orthoptères dans la région de Jijel : cas particulier de Calliptamus barbarus (Orthoptera : Calliptaminae) : Morphométie,Régime alimentaire, Acridofaune et identification moléculaire

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2017)

Bioécologie des Orthoptères dans la région de Jijel : cas particulier de Calliptamus barbarus (Orthoptera : Calliptaminae) : Morphométie,Régime alimentaire, Acridofaune et identification moléculaire

ROUIBAH, Moad

Titre : Bioécologie des Orthoptères dans la région de Jijel : cas particulier de Calliptamus barbarus (Orthoptera : Calliptaminae) : Morphométie,Régime alimentaire, Acridofaune et identification moléculaire

Auteur : ROUIBAH, Moad

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat en sciences agronomiques 2017

Résumé
Calliptamus barbarus est l’espèce la plus polymorphe au sein du genre Calliptamus. Elle montre un polymorphisme morphologique (une ou trois taches au niveau des fémurs postérieurs). Plusieurs études ont été réalisées dans le but de distinguer les deux formes : morphométrie, nombre d’ovarioles, production sonore, protéines et système enzymatique. Le but de notre travail est d’évaluer si les deux formes peuvent être considérées comme des taxons différents et de réaliser une étude moléculaire phylogénétique de deux populations de C. barbarus recueillies à partir de deux localités différentes d’Algérie. Aucune différence génétique claire n’a été observée entre les échantillons morphologiquement différents. En outre, les échantillons provenant d’Algérie ne forment pas un groupe monophylétique par rapport à celui formé par les séquences tirées de GenBank et provenant d’individus d’autres régions géographiques. En dépit des différences morphologiques observées entre les deux populations, notre étude montre qu’il n’y a pas de différence au niveau moléculaire en utilisant les deux gènes mitochondriaux COI et 16S.

Présentation

Page publiée le 4 novembre 2019