Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Effet des PGPRs sur le développement de la plante et la teneur en métabolites primaires et secondaires chez Datura sp.

Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach (2017)

Effet des PGPRs sur le développement de la plante et la teneur en métabolites primaires et secondaires chez Datura sp.

RAHMOUNE Bilal

Titre : Effet des PGPRs sur le développement de la plante et la teneur en métabolites primaires et secondaires chez Datura sp.

Auteur : RAHMOUNE Bilal

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique – El Harrach

Grade : Doctorat 3ème cycle en sciences agronomiques 2017

Résumé
Dans cette étude trois souches bactériennes isolées de rhizosphères de plantes en Algérie (Pseudomonas plecoglossicida souche Pp20, Bacillus sp. Souche Bt04 et Lysinibacillus fusiformis souche Lf89) ont été identifiées après amplification de l’ARNr 16S par PCR et séquençage. En plus de ces trois bactéries, deux autres souches A4 (Agrobacterium) et Konm6 (Rhizobium) ont été étudiées afin d’évaluer leurs performances en tant que PGPRs sur la croissance et les teneurs en métabolites primaires et secondaires (notamment les alcaloïdes, les flavonoïdes et les antioxydants) chez D. stramonium et D. innoxia. Che z cette dernière l’AS a été aussi étudié comme éliciteur. Pour confirmer l’effet des PGPRs sur la croissance des plantes une plante modelé a été utilisé c’est l’Arabidopsis thaliana. Nos résultats ont montré que toutes les souches utilisées ont amélioré significativement la croissance des plantes testées et ont changé les teneurs en azote, carbone et le rapport C/N. Par ailleurs, près de 158 et 242 métabolites primaires et secondaires ont été détectés par la technique GC-TOF-MS dans les feuilles et les racines du D. stramonium et D. innoxia respectivement. Ces métabolites appartiennent à onze (pour D. stramonium) et douze (pour D. innoxia) familles chimiques : sucres, acides aminés, acides gras, acides organiques, dérivé de phosphate, polyols, composés de l’azote, alcaloïdes (scopolamine, hyoscyamine, atropine et pseudotropine (Chez DI)), phénylpropanoïdes (flavonoïdes : lutéoline et quercétine), acides polyhydroxy, MSTs et Composés de souffre (chez DI uniquement). En outre, l’inoculation des plantes du Datura sp. par les PGPRs a eu des effets significatifs sur les teneurs en métabolites primaires et secondaires dans les feuilles et dans les racines. Par ailleurs, les meilleurs teneurs chez D. stramonium : en alcaloïdes : scopolamine (1,03 mg/g PS soit une augmentation de 90% avec la souche A4) et en flavonoïdes : lutéoline (0,77 mg/g PS soit une augmentation de 16% avec la souche A4). Cependant, chez D. innoxia : en alcaloïdes : hyoscyamine (0.15 mg/g PS soit une augmentation de 257% avec la combinaison Bt04+10-6 M d’AS), en flavonoïdes : lutéoline (0,99 mg/g PS soit une augmentation de 57% avec la combinaison Bt04+10-4 M d’AS).

Présentation

Version intégrale (17,2 Mb)

Page publiée le 4 novembre 2019