Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1996 → Le rôle du tourisme dans le développement local du Haut Atlas central marocain

Université de Aix-Marseille 1 France (1996)

Le rôle du tourisme dans le développement local du Haut Atlas central marocain

Monkachi, Hassane

Titre : Le rôle du tourisme dans le développement local du Haut Atlas central marocain

Auteur : Monkachi, Hassane.

Université de soutenance : Aix-Marseille 1

Grade : Doctorat : Lettres : 1996

Résumé
DANS LA HAUTE MONTAGNE DU HAUT ATLAS CENTRAL MAROCAIN, LE TOURISME EST INSERE COMME MOYEN DE DEVELOPPEMENT LOCAL. LE BUT ETAIT DE LUTTER CONTRE LE PHENOMENE DE L’EXODE RURAL ET DE CREER SUR PLACE UN MOTEUR D’ENRICHISSEMENT CAPABLE DE VALORISER LES ELEMENTS NATURELS CONSIDERES PAR LES MONTAGNARDS COMME UN ENNEMI. LE BUT DE CETTE RECHERCHE ETAIT D’ETUDIER CETTE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT ET D’ESSAYER DE VOIR SI LA VOLONTE ETATIQUE A REUSSI. EN ANALYSANT LES FLUX TOURISTIQUES ET LES DIFFERENTES RETOMBEES TOURISTIQUES SUR LA REGION, IL APPARAIT QUE LE TOURISME NE JOUE PAS PLEINEMENT SON ROLE DE DEVELOPPEMENT ET CELA A CAUSE DE PLUSIEURS FACTEURS. CETTE IMPORTANCE DONNEE A LA MONTAGNE S’EXPLIQUE EN REALITE PAR LES MUTATIONS DES GOUTS ET DES MOTIVATIONS DES TOURISTES INTERNATIONAUX QUI CHERCHENT LE PARADIS TERRESTRE DANS CHAQUE REGION DU MONDE A L’ABRI DES NUISANCES DE L’URBANISATION ET DE L’INDUSTRIE. LA HAUTE MONTAGNE DU HAUT ATLAS CENTRAL EST DEVENUE UN SUJET D’ADMIRATION ET UN LIEU DE REFUGE POUR LES TOURISTES INTERNATIONAUX. CELA A IMPOSE UN TYPE DE TOURISME DIFFUS ET RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT CE QUI N’EST PAS AU NIVEAU DES ATTENTES DE LA POPULATION QUI REVENDIQUE LE GOUDRONNAGE DES PISTES ET L’INTRODUCTION DES GRANDS EQUIPEMENTS ET AMENAGEMENTS. L’ETAT A ESSAYE DE REPONDRE A LA FOIS A CES ATTENTES ET CEUX DES TOURISTES, MAIS IL A PLUTOT REUSSI LES SECONDES QUE LES PREMIERES. AINSI, DANS SA GLOBALITE LA POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT LOCAL EST CONFRONTEE A UNE SORTE D’INDUSTICE QUI PRIVILEGIE LES FACTEURS EXOGENES QUE LES FACTEURS ENDOGENES ET LOCAUX, MEME SI EN APPARENCE ELLE PARAIT EN HARMONIE. LA PREMIERE PARTIE DE CETTE RECHERCHE VISE A METTRE L’ACCENT SUR CETTE INJUSTICE ALORS QUE LA DEUXIEME MONTRE PLUS CONCRETEMENT LES LIMITES DE CETTE INSERTION DU TOURISME.

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 9 juin 2009, mise à jour le 18 janvier 2017